Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Asie - pacifique

Les États-Unis et la Corée du Sud mènent des manœuvres militaires conjointes

Vidéo par Yuka ROYER , Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/07/2010

Les États-Unis et la Corée du Sud ont débuté, en mer du Japon, le premier des six exercices militaires qu'ils doivent effectuer conjointement afin de dissuader la Corée du Nord de toute agression.

AFP - Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont commencé dimanche dans la mer du Japon leurs manoeuvres navales conjointes destinées à lancer un "message clair" à la Corée du Nord qui a menacé de recourir "à une puissante dissuasion nucléaire".

"L'étalage de techniques de guerre anti sous-marines"

Cet exercice est le premier d'une série de six destinée "à adresser un message clair à la Corée du Nord l'informant que son comportement agressif doit cesser", ont déclaré cette semaine dans un communiqué communiqué commun le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, et son homologue sud-coréen Kim Tae-Young.

La Corée du Sud et les Etats-Unis accusent notamment Pyongyang d'être responsable du naufrage, le 26 mars, du navire de guerre sud-coréen Cheonan, au cours duquel 46 marins sud-coréens ont péri près de la ligne de démarcation intercoréenne en mer Jaune.

Washington en Séoul, s'appuyant sur les conclusions d'une enquête internationale, accusent le régime nord-coréen d'être responsable du naufrage. Pyongyang, soutenu par Pékin, nie avoir coulé le navire.

Le premier exercice, qui doit s'achever le 28 juillet, mobilisera 8.000 Américains et Sud-Coréens, une vingtaine de navires et sous-marins, dont le porte-avions George Washington, ainsi qu'environ 200 avions, dont le chasseur furtif F-22 Raptor, selon l'armée américaine.

"L'USS George Washington a quitté le port de Busan vers 07h00 locales dimanche (22h00 GMT samedi). Le porte-avions se dirige vers la mer du Japon pour participer à l'exercice," a précisé à l'AFP une porte-parole militaire américain.

D'autres navires ont également quitté Busan (sud) et Jinhae, un autre port proche, avec des éléments de la 7ème flotte américaine qui les rejoindront au large de la côte orientale de la péninsule coréenne, ont ajouté des responsables du ministère sud-coréen de la Défense.

L'exercice a été déplacé de la Mer Jaune, zone sensible, à la mer du Japon, en raison des protestations des autorités chinoises. Mais les prochains exercices se dérouleront sur ces deux mers.

La Corée du Nord a menacé samedi de recourir à une "puissante dissuasion nucléaire" face à manoeuvres navales américano sud-coréennes.

Pyongyang est prêt à une "guerre sacrée de représailles", a déclaré l'agence officielle KCNA, citant la Commission de la défense nationale nord-coréenne.

Mercredi, Hillary Clinton a par ailleurs annoncé de nouvelles sanctions économiques et financières à l'encontre de la Corée du Nord, déjà sous le coup de nombreuses sanctions internationales depuis ses deux essais nucléaires de 2006 et 2009.

En avril 2009, la Corée du Nord avait claqué la porte des pourparlers à six pays (Etats-Unis, deux Corées, Chine, Russie, Japon) entamés en 2003, qui visent à persuader Pyongyang de renoncer à ses programmes nucléaires.

Première publication : 25/07/2010

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Pyongyang menace les États-Unis d'une "guerre sacrée de représailles"

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    L'ONU met en garde les deux Corées

    En savoir plus

  • COREE DU NORD

    Kim Jong-un, le mystérieux dauphin rouge nord-coréen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)