Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : L'opposition russe punie?

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux Etats-Unis : Le coup de froid entre Israël et la maison blanche

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Michel Barnier : "Le grignotage de l’Ukraine n’est pas acceptable"

En savoir plus

FRANCE

De Maistre dément avoir remis de l'argent liquide à Woerth

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/07/2010

Par la voix de son avocat, Patrick de Maistre a confirmé avoir bien rencontré, en janvier 2007, Éric Woerth, déjà trésorier de l'UMP. Mais le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt a nié lui avoir remis une enveloppe d'argent liquide.

AFP - L'avocat de Patrice de Maistre a affirmé dimanche que le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt avait bien rencontré Eric Woerth en janvier 2007, mais que son client n'avait remis aucune enveloppe d'argent liquide au trésorier de l'UMP.

Me Pascal Wilhelm a confirmé à l'AFP les informations publiées samedi par Marianne, selon lesquelles un rendez-vous s'était tenu dans un café le 19 janvier 2007 à 08H30 avec Eric Woerth, précédé la veille par un entretien avec Mme Bettencourt et l'ex-comptable Claire Thibout.

"Mais lorsque Mme Thibout dit que ce rendez-vous aurait servi à remettre une enveloppe à M. Woerth, c'est complètement faux", a assuré l'avocat du gestionnaire de fortune.

Pour Me Wilhelm, les accusations de Mme Thibout, qui affirme avoir donné le 18 janvier une enveloppe contenant 50.000 euros d'argent liquide à M. de Maistre pour qu'il la remette le lendemain à M. Woerth afin de financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, ne résistent pas à l'examen des carnets de compte de la comptable.

Selon l'avocat, les carnets de Mme Thibout montrent qu'elle aurait effectué un retrait bancaire de 50.000 euros le 19 janvier 2007, jour de la rencontre Maistre-Woerth. "Il est donc impossible qu'elle ait pu les remettre la veille à M. de Maistre, ni le jour même, les banques étant fermées à 08H30", assure-t-il.

Interrogé sur l'objet de la rencontre Maistre-Woerth, il a indiqué ne disposer d'aucun élément à ce sujet.

Me Wilhelm, qui s'insurge contre "les mensonges et les contre-vérités assénés par Mme Thibout et son avocat", a annoncé qu'il déposerait dans la semaine "des plaintes contre plusieurs personnes pour faux témoignage et subornation de témoin".

Mercredi, Le Canard Enchaîné avait fragilisé la position de l'ex-comptable en révélant qu'elle avait touché lors de son licenciement 400.000 euros de la part de Françoise Meyers-Bettencourt, qui est en conflit ouvert avec sa mère Liliane.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, M. de Maistre affirme par ailleurs qu'Eric Woerth lui a "soumis l'idée" début 2007 de rencontrer son épouse Florence afin "de voir avec elle l'évolution de sa carrière", mais que le ministre ne lui a pas demandé de l'embaucher.

M. de Maistre assure enfin qu'il ne figure pas sur la liste des 3.000 évadés fiscaux en Suisse révélée l'été dernier par Eric Woerth, alors ministre du Budget. "Je n'ai jamais eu le moindre compte HSBC en Suisse ni ailleurs. S'il y a un de Maistre sur cette liste, ce n'est pas +Patrice+", déclare-t-il, démentant une information du Point.


 

Première publication : 25/07/2010

  • FRANCE

    Le parquet refuse la demande de mise sous tutelle‎ déposée par la fille de Liliane Bettencourt

    En savoir plus

  • Affaire Woerth : pas d'accalmie en vue

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Florence Woerth auditionnée, le ministre du Travail autorisé à témoigner

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)