Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le saoudien

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite au 9è jour de contestation dans le pays

En savoir plus

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

EUROPE

Le directeur général de BP s'apprêterait à quitter ses fonctions

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/07/2010

Selon les médias britanniques, Tony Hayward serait sur le départ. Étrillé pour sa gestion de la marée noire dans le golfe du Mexique, le directeur général de la compagnie pétrolière britannique pourrait annoncer sa décision dans les 24 heures.

AFP - Le directeur général du géant pétrolier britannique BP, Tony Hayward, va quitter ses fonctions dans les 24 ou 48 heures, ont indiqué dimanche plusieurs journaux britanniques ainsi que la BBC.

Selon la BBC, le responsable devrait annoncer son départ dans les 24 heures qui viennent. "Tony Hayward négocie les conditions de son départ", affirme l'organisme public, citant une source au sein de BP.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole du groupe a refusé de "commenter des spéculations", avant d'ajouter: "Tony Hayward est notre directeur général. Il a le soutien total du conseil d'administration et de la direction".

Le Sunday Times ajoute que M. Hayward, qui a été sévèrement critiqué pour sa gestion de la marée noire dans le golfe du Mexique, est résolu à démissionner avant l'annonce, mardi, des résultats semestriels du groupe.

Son rival le Sunday Telegraph précise quant à lui que le conseil d'administration de BP, qui se réunira lundi, examinera la possibilité de réduire la prime de départ de M. Hayward, afin d'éviter toute controverse politique.

Le directeur général, qui travaille pour le groupe depuis 28 ans, a droit à un an de salaire, soit plus d'un million de livres (1,2 million d'euros), auquel s'ajoute une prime annuelle de plus de deux millions de livres ainsi qu'une retraite de près de 600.000 livres par an.

Selon la BBC, il devrait être remplacé par l'Américain Bob Dudley qui avait déjà pris en juin la direction effective des opérations du groupe pétrolier contre la marée noire dans le golfe du Mexique, que pilotait jusque-là Tony Hayward.

Robert (ou "Bob") Dudley est membre du conseil d'administration du groupe britannique, en charge des activités aux Amériques et en Asie. C'est un citoyen américain, entré chez BP au moment du rachat en 1998 par le groupe britannique de la compagnie pétrolière américaine Amoco, au sein de laquelle il travaillait depuis une vingtaine d'années.

Tony Hayward, 52 ans, a été étrillé aux Etats-Unis pour sa gestion de la crise. Le président de BP, Carl-Henric Svanberg, en est arrivé à la conclusion que seul son départ pourrait permettre au groupe de tenter de tirer un trait sur la catastrophe écologique, selon la BBC.

Première publication : 25/07/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les vains efforts de BP pour endiguer la marée noire

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La tempête Bonnie faiblit, BP reprend ses opérations de lutte contre la marée noire

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    En visite à Washington, Cameron tente d'apaiser la polémique BP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)