Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

EUROPE

Le directeur général de BP s'apprêterait à quitter ses fonctions

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/07/2010

Selon les médias britanniques, Tony Hayward serait sur le départ. Étrillé pour sa gestion de la marée noire dans le golfe du Mexique, le directeur général de la compagnie pétrolière britannique pourrait annoncer sa décision dans les 24 heures.

AFP - Le directeur général du géant pétrolier britannique BP, Tony Hayward, va quitter ses fonctions dans les 24 ou 48 heures, ont indiqué dimanche plusieurs journaux britanniques ainsi que la BBC.

Selon la BBC, le responsable devrait annoncer son départ dans les 24 heures qui viennent. "Tony Hayward négocie les conditions de son départ", affirme l'organisme public, citant une source au sein de BP.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole du groupe a refusé de "commenter des spéculations", avant d'ajouter: "Tony Hayward est notre directeur général. Il a le soutien total du conseil d'administration et de la direction".

Le Sunday Times ajoute que M. Hayward, qui a été sévèrement critiqué pour sa gestion de la marée noire dans le golfe du Mexique, est résolu à démissionner avant l'annonce, mardi, des résultats semestriels du groupe.

Son rival le Sunday Telegraph précise quant à lui que le conseil d'administration de BP, qui se réunira lundi, examinera la possibilité de réduire la prime de départ de M. Hayward, afin d'éviter toute controverse politique.

Le directeur général, qui travaille pour le groupe depuis 28 ans, a droit à un an de salaire, soit plus d'un million de livres (1,2 million d'euros), auquel s'ajoute une prime annuelle de plus de deux millions de livres ainsi qu'une retraite de près de 600.000 livres par an.

Selon la BBC, il devrait être remplacé par l'Américain Bob Dudley qui avait déjà pris en juin la direction effective des opérations du groupe pétrolier contre la marée noire dans le golfe du Mexique, que pilotait jusque-là Tony Hayward.

Robert (ou "Bob") Dudley est membre du conseil d'administration du groupe britannique, en charge des activités aux Amériques et en Asie. C'est un citoyen américain, entré chez BP au moment du rachat en 1998 par le groupe britannique de la compagnie pétrolière américaine Amoco, au sein de laquelle il travaillait depuis une vingtaine d'années.

Tony Hayward, 52 ans, a été étrillé aux Etats-Unis pour sa gestion de la crise. Le président de BP, Carl-Henric Svanberg, en est arrivé à la conclusion que seul son départ pourrait permettre au groupe de tenter de tirer un trait sur la catastrophe écologique, selon la BBC.

Première publication : 25/07/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les vains efforts de BP pour endiguer la marée noire

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La tempête Bonnie faiblit, BP reprend ses opérations de lutte contre la marée noire

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    En visite à Washington, Cameron tente d'apaiser la polémique BP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)