Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

EUROPE

Tony Hayward, l’homme de BP coulé par la marée noire

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/07/2010

Le directeur général de BP semble condamné. Ses gaffes de communication à répétition et sa gestion désastreuse de la marée noire auraient convaincu le conseil d’administration de lui trouver un successeur.

Il avait déclaré au début de la marée noire dans le golfe du Mexique vouloir "retrouver sa vie d’avant". Tony Hayward va devoir en inventer une autre… sans BP. Pour le directeur général du géant pétrolier britannique, l’affaire semble entendue. La pire catastrophe écologique aux États-Unis devrait mettre un terme à ses 28 ans de maison. Le conseil d’administration de BP doit encore entériner cette décision lundi. Néanmoins, le principe semble acquis d’après les dernières rumeurs de ce week-end.

Une fin de carrière marquée par une tragique ironie. Lors de son accession à la tête de BP en 2007, Tony Hayward avait indiqué que sa priorité absolue serait d’améliorer "la sécurité des opérations" menées par le groupe. "Je compte établir des nouveaux standards pour toute l’industrie", avait-il même affirmé.

Ce message répond aux attentes de l’époque. BP sort alors de deux gros scandales. En 2005, 15 personnes sont mortes lors de l’explosion dans une raffinerie au Texas et en 2006 une fuite provoque une marée noire au large de l’Alaska.

Homme de terrain

Par la suite, Tony Hayward est choisi par le conseil d’administration qui le voit comme l’antithèse du patron sortant, Lord John Browne of Madingley. Connu comme un amateur de vins fins, et proche des ministres et autres personnalités de premier plan, il est peu en phase avec l’image modeste que BP souhaite se donner.

Rien à voir avec le petit géologue de formation qui a gravi petit à petit les échelons de l’une des plus importantes entreprises au monde. Tony Hayward est présenté comme un homme de terrain et sûrement pas comme un aficionado des salons cossus et de la jet set.

Agé de 53 ans aujourd’hui, il a, en effet, travaillé sur des plateformes pétrolières un peu partout dans le monde du Venezuela à la Russie en passant par l’Écosse. Cet aîné d’une famille de sept enfants, de Reading au sud de l’Angleterre, a en outre un solide bagage scientifique ainsi qu'un doctorat en géologie. Il est également sorti majeur de sa promotion.

Il a donc tout pour réussir. BP publie d’ailleurs un résultat trimestriel record de 3,2 milliards de dollars juste avant l’explosion de la plateforme pétrolière dans le golfe du Mexique. La marée noire aura non seulement mis à mal le crédo "sécuritaire" de Tony Hayward, mais également montré un homme incapable de communiquer correctement en période de crise. Ses sorties sur sa volonté de retrouver "sa vie d’avant", sa tentative de minimiser la catastrophe l’ont propulsé au rang d’ennemi public numéro 1 aux États-Unis.

Ce n’est pas un hasard si Bob Dudley, qui supervise actuellement les opérations aux États-Unis, est pressenti pour le remplacer. Ce serait le premier Américain à devenir patron de BP. Un geste clairement destiné à calmer l’opinion publique américaine.

Première publication : 26/07/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Les vains efforts de BP pour endiguer la marée noire

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La tempête Bonnie faiblit, BP reprend ses opérations de lutte contre la marée noire

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    En visite à Washington, Cameron tente d'apaiser la polémique BP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)