Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

EUROPE

"Que l'on touche au gaz et au pétrole fait peur à l'establishment iranien"

Vidéo par Kattalin LANDABURU

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 26/07/2010

L'Union européenne a adopté des sanctions sévères contre l'Iran, visant notamment son secteur énergétique. Pour le chercheur Mehdi Mekdour, cette décision devrait obliger Téhéran à changer d'attitude concernant son programme nucléaire.

Après le refus de l'Iran de suspendre ses activités d'enrichissement d'uranium, l'Union européenne a adopté, ce lundi, une nouvelle série de sanctions d'une ampleur sans précédent à l'encontre de Téhéran. Elles visent ses industries gazières et pétrolières, mais aussi le secteur du transport de fret, le secteur bancaire et les échanges commerciaux.

Si Téhéran estime que ces nouvelles sanctions "ne feront que compliquer la situation", le spécialiste de l'Iran Mehdi Mekdour, chercheur au sein du Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (Grip) à Bruxelles, juge qu'elles devraient permettre de relancer les négociations.

En quoi l'adoption par l'Union européenne de nouvelles sanctions contre l'Iran est-elle importante ?

Mehdi Mekdour : C'est la première fois que l'Union européenne adopte des sanctions aussi sévères, en touchant aux secteurs du gaz et du pétrole. Les Européens et les Américains réclamaient depuis longtemps des sanctions dans le domaine énergétique dans le cadre des Nations unies, mais face au blocage de certains pays, l'ONU n'a pas pu aller jusqu'au bout. La Chine et la Russie notamment étaient d'accord pour adopter des sanctions, mais pas sur le gaz ou le pétrole.

Pourquoi une telle décision aujourd'hui ? A la fois parce que l'Iran ne coopère pas avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et en raison de l'échec de la politique "de la main tendue" menée par les Etats-Unis. Washington est allé vers un durcissement en adoptant, fin juin, des sanctions sur le gaz et le pétrole - tout en excluant l'attaque armée. L'Union européenne s'aligne sur la politique américaine.

Il y a eu des divergences au sein de l'Union avant de parvenir à cette décision, mais cela prouve tout de même que les Vingt-Sept peuvent parler d'une seule voix.

Ces nouvelles sanctions seront-elles efficaces ?

M.M. : Des firmes telles que Shell, Total ou ENI ont, sous la pression américaine, mis fin à toutes leurs activités en Iran depuis fin juin. On peut penser que ce mouvement va s'accélerer après la décision européenne. Le fait que l'on touche au gaz et au pétrole fait peur à l'establishment iranien car ce sont des secteurs stratégiques. L'Iran a du pétrole mais ne possède pas les capacités pour le raffiner. Il exporte du pétrole brut, mais importe de l'essence des Occidentaux. Aujourd'hui, il y a un risque de pénurie d'essence à Téhéran.

On peut donc s'attendre à un changement d'attitude de Téhéran. Déjà, le fait que l'Iran ait réclamé dimanche des discussions immédiates sur l'échange de combustible est le résultat de cette pression américaine et européenne. Des négociations devraient avoir lieu d'ici un mois. Les Occidentaux ne négocieront que si l'Iran accepte de mettre fin à son programme d'enrichissement d'uranium.

Ces sanctions auront-elles un coût pour le peuple iranien ?

M.M. : L'impact sur les populations existe depuis qu'il y a un régime de sanctions contre l'Iran, c'est-à-dire depuis près de vingt ans. Aujourd'hui, les Occidentaux veulent véritablement cibler l'establishment iranien en interdisant la délivrance de visas à certaines personnalités, en gelant des comptes bancaires... Il y a une volonté d'aller vers des sanctions dites "intelligentes", mais elles ont malgré tout toujours un impact sur le peuple.

Première publication : 26/07/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'UE adopte de lourdes sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    La Turquie et le Brésil invitent Téhéran à faire preuve de "souplesse"

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Le Congrès américain adopte de nouvelles sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)