Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

EUROPE

L'UE adopte de lourdes sanctions contre Téhéran

Vidéo par Kattalin LANDABURU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/07/2010

L'Union européenne (UE) a adopté, ce lundi, un lot de sanctions visant notamment les secteurs de l'énergie et du transport iraniens. Ces mesures de rétorsion ont pour but d'inciter Téhéran à reprendre les négociations sur son programme nucléaire.

AFP - L'Europe a adopté lundi des sanctions d'une ampleur sans précédent contre l'Iran et son secteur énergétique pour pousser Téhéran à reprendre les négociations sur son programme nucléaire controversé, une stratégie qui semble commencer à payer.

La décision a été finalisée en milieu de journée lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'UE à Bruxelles, selon des sources diplomatiques.

La palette de mesures, tout en transposant celles adoptées le 9 juin par le Conseil de sécurité de l'ONU --du fait du refus de l'Iran de suspendre ses activités d'enrichissement d'uranium derrières lesquelles l'Occident voit les prémisses de l'arme atomique-- vont beaucoup plus loin qu'elles.

"Il s'agira du paquet de sanctions le plus important que l'UE ait jamais adopté contre l'Iran ou contre tout autre pays", souligne un diplomate. Les Etats-Unis et l'Australie ont déjà pris des mesures d'une ampleur semblable et le Canada devrait suivre.

L'Europe s'en prend en particulier au secteur des industries gazière et pétrolière. Il est prévu d'interdire tout nouvel investissement, assistance technique ou transferts de technologies, notamment pour le raffinage du brut et la liquéfaction de gaz.

Ce domaine est sensible: l'Iran a beau être le quatrième producteur mondial de pétrole, il importe jusqu'à 40% de son essence car il manque de capacités de raffinage pour satisfaire sa demande intérieure.

Outre l'énergie, le secteur iranien du transport de fret, par mer ou par air, sera durement frappé, les contrôles dans les ports européens ou en haute mer renforcés.

Les échanges commerciaux doivent être rendus plus difficiles, l'activité d'un nombre accru de banques iraniennes interdite, les transactions financières supérieures à 40.000 euros avec l'Iran sans autorisation spéciale seront prohibées et la liste de personnes privées de visa étendue.

Principale cible: les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime.

"J'espère que l'Iran a reçu le message. Les pays européens sont ouverts à la négociation sur son programme nucléaire, mais s'il ne répond pas nous allons intensifier la pression", a prévenu lundi le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague.

"Les sanctions sont l'instrument le plus important pour persuader l'Iran" de négocier à nouveau en vue d'accepter un strict encadrement de son programme d'enrichissement d'uranium, lui a fait écho son homologue italien Franco Frattini.

Il a ajouté avoir rencontré le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki en marge de la récente conférence de Kaboul sur l'Afghanistan: "il m'a dit être prêt à revenir à la table" des négociations.

De fait, Téhéran a annoncé dimanche à Istanbul être prêt à entamer immédiatement des discussions à Vienne avec les Occidentaux sur les modalités d'une proposition d'échange de combustible nucléaire qu'il avait faite en mai, avec la Turquie et le Brésil, mais qui avait alors été rejetée comme insuffisante par les grandes puissances.

Téhéran devait transmettre lundi à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ses réponses aux questions soulevées par sa proposition.

L'accord européen sur les sanctions n'a toutefois été accepté qu'à contrecoeur par certains pays de l'UE, comme la Suède.

"Les Américains ont des sanctions en place depuis 1979 sans beaucoup d'effet et maintenant nous allons encore au-delà", a regretté son ministre des Affaires étrangères Carl Bildt.

Il a mis en avant "les inconvénients" des sanctions "qui tendent à renforcer les mauvaises personnes, à savoir les réseaux de contrebande souvent proches du régime".

Première publication : 26/07/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    La Turquie et le Brésil invitent Téhéran à faire preuve de "souplesse"

    En savoir plus

  • IRAN

    La Russie se propose de fournir du pétrole à Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Le Congrès américain adopte de nouvelles sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)