Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Economie

BP annonce de lourdes pertes et confirme le départ de Tony Hayward

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/07/2010

Le géant pétrolier annonce des pertes records de 17,2 milliards de dollars pour le dernier trimestre. Il confirme également le remplacement de Tony Hayward, son actuel directeur général, par l'Américain Bod Dudley, le 1er octobre.

Journée chargée pour BP. Ce mardi, le géant pétrolier a successivement annoncé une perte trimestrielle record et confirmé le départ de son très contesté directeur général, Tony Hayward.

Dans un premier temps, la compagnie britannique a dévoilé ses premiers résultats depuis le début de la marée noire qui souille le golfe du Mexique depuis le 20 avril - la pire de l'histoire des États-Unis. Et ils sont mauvais, comme la plupart des analystes s'y attendaient. D'avril à juin, BP enregistre en effet une perte nette de 17,2 milliards de dollars (13,2 milliards d’euros), en grande partie à cause du fond de réserve de 30 milliards de dollars que la société a été contrainte de mettre en place pour couvrir les frais de la marée noire.

Afin d’assurer sa solidité financière, le groupe va donc continuer à céder des actifs. Il s’est notamment engagé à en vendre pour 30 milliards de dollars sur les 18 prochains mois, espérant ainsi pouvoir réduire sa dette de près de 15 milliards de dollars sur cette période.

Cette contre-performance historique s'avère d'autant plus criante que BP avait réalisé 4,4 milliards de dollars (3,38 milliards d’euros) de profits l’an dernier à la même époque. La valeur boursière du groupe a également chuté de 50 % depuis avril.

Indemnité polémique

Mais derrière les chiffres, BP compte également faire un gros effort pour améliorer son image, notamment aux États-Unis. Et, à cette fin, l’actuel directeur général du groupe, Tony Hayward, va bien quitter ses fonctions. Celui qui incarne aux yeux du monde la débâcle Deepwater a annoncé sa démission pour le 1er octobre. "L’explosion dans le golfe du Mexique a été une terrible tragédie pour laquelle je me sentirai toujours profondément responsable", a-t-il déclaré dans un communiqué, mardi.

Une manière de tourner la page pour le groupe, qui ne sera toutefois pas gratuite. En partant, Hayward touchera en effet un an de salaire, soit 1,25 million d’euros... Une indemnité qui commence à faire polémique, d’autant plus que le futur ex-directeur général du groupe pétrolier continuera à travailler pour lui en tant qu’administrateur de la joint-venture russo-britannique TNK-BP.

Ironie du sort, ce poste a été occupé pendant cinq ans par un certain Bob Dudley, l'homme qui deviendra le patron de BP au mois d'octobre. Au-delà de la coïncidence, l'entreprise souhaite surtout envoyer un message à Washington. Bod Dudley deviendra en effet le premier dirigeant non britannique à prendre les rênes de la compagnie. Mieux : celui-ci possède la nationalité américaine. "Il y a, probablement, une composante politique dans cette nomination qui vise à mettre en poste quelqu’un censé mieux comprendre la mentalité américaine", a expliqué mardi Roger Reid, un analyste spécialisé dans l’énergie pour Natixis, à l'AFP.

Ce changement de direction, attendu depuis ce week-end, intervient alors que, sur le terrain, BP a réussi à contenir la fuite le 16 juillet.

Première publication : 27/07/2010

  • PORTRAIT

    Tony Hayward, l’homme de BP coulé par la marée noire

    En savoir plus

  • FINANCE

    Plombé par la marée noire, BP annonce une perte de 17 milliards de dollars

    En savoir plus

  • MARÉE NOIRE

    BP doit "changer de culture", selon son nouveau dirigeant

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)