Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

BP annonce de lourdes pertes et confirme le départ de Tony Hayward

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/07/2010

Le géant pétrolier annonce des pertes records de 17,2 milliards de dollars pour le dernier trimestre. Il confirme également le remplacement de Tony Hayward, son actuel directeur général, par l'Américain Bod Dudley, le 1er octobre.

Journée chargée pour BP. Ce mardi, le géant pétrolier a successivement annoncé une perte trimestrielle record et confirmé le départ de son très contesté directeur général, Tony Hayward.

Dans un premier temps, la compagnie britannique a dévoilé ses premiers résultats depuis le début de la marée noire qui souille le golfe du Mexique depuis le 20 avril - la pire de l'histoire des États-Unis. Et ils sont mauvais, comme la plupart des analystes s'y attendaient. D'avril à juin, BP enregistre en effet une perte nette de 17,2 milliards de dollars (13,2 milliards d’euros), en grande partie à cause du fond de réserve de 30 milliards de dollars que la société a été contrainte de mettre en place pour couvrir les frais de la marée noire.

Afin d’assurer sa solidité financière, le groupe va donc continuer à céder des actifs. Il s’est notamment engagé à en vendre pour 30 milliards de dollars sur les 18 prochains mois, espérant ainsi pouvoir réduire sa dette de près de 15 milliards de dollars sur cette période.

Cette contre-performance historique s'avère d'autant plus criante que BP avait réalisé 4,4 milliards de dollars (3,38 milliards d’euros) de profits l’an dernier à la même époque. La valeur boursière du groupe a également chuté de 50 % depuis avril.

Indemnité polémique

Mais derrière les chiffres, BP compte également faire un gros effort pour améliorer son image, notamment aux États-Unis. Et, à cette fin, l’actuel directeur général du groupe, Tony Hayward, va bien quitter ses fonctions. Celui qui incarne aux yeux du monde la débâcle Deepwater a annoncé sa démission pour le 1er octobre. "L’explosion dans le golfe du Mexique a été une terrible tragédie pour laquelle je me sentirai toujours profondément responsable", a-t-il déclaré dans un communiqué, mardi.

Une manière de tourner la page pour le groupe, qui ne sera toutefois pas gratuite. En partant, Hayward touchera en effet un an de salaire, soit 1,25 million d’euros... Une indemnité qui commence à faire polémique, d’autant plus que le futur ex-directeur général du groupe pétrolier continuera à travailler pour lui en tant qu’administrateur de la joint-venture russo-britannique TNK-BP.

Ironie du sort, ce poste a été occupé pendant cinq ans par un certain Bob Dudley, l'homme qui deviendra le patron de BP au mois d'octobre. Au-delà de la coïncidence, l'entreprise souhaite surtout envoyer un message à Washington. Bod Dudley deviendra en effet le premier dirigeant non britannique à prendre les rênes de la compagnie. Mieux : celui-ci possède la nationalité américaine. "Il y a, probablement, une composante politique dans cette nomination qui vise à mettre en poste quelqu’un censé mieux comprendre la mentalité américaine", a expliqué mardi Roger Reid, un analyste spécialisé dans l’énergie pour Natixis, à l'AFP.

Ce changement de direction, attendu depuis ce week-end, intervient alors que, sur le terrain, BP a réussi à contenir la fuite le 16 juillet.

Première publication : 27/07/2010

  • FINANCE

    Plombé par la marée noire, BP annonce une perte de 17 milliards de dollars

    En savoir plus

  • PORTRAIT

    Tony Hayward, l’homme de BP coulé par la marée noire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)