Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l’est ukrainien

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Bagdad accuse les forces kurdes de la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

Amériques

Le Pentagone recherche le responsable de la fuite sur le site WikiLeaks

©

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2010

Le Pentagone a annoncé lundi qu'il enquêterait sur les fuites qui ont conduit à la publication dimanche, par le site internet WikiLeaks, de milliers d'archives secrètes jetant une lumière crue sur la guerre en Afghanistan.

REUTERS - Le Pentagone a annoncé lundi qu'il lançait une enquête afin d'identifier l'origine des fuites ayant permis au site WikiLeaks de diffuser des dizaines de milliers de documents concernant la guerre en Afghanistan.

Cette fuite représente l'une des plus importantes failles jamais constatées dans la sécurité des données militaires américaines.

Des responsables de la défense ont indiqué que la personne à l'origine de la diffusion des quelque 91.000 documents confidentiels semblait bénéficier d'un accès de niveau "secret", et que d'autres fuites restaient possibles.

"Nous ferons le nécessaire pour tenter de déterminer qui est responsable de cette fuite d'informations", a déclaré Geoff Morrell, responsable des relations du Pentagone avec la presse.

"Tant que nous ignorons qui est responsable, il faut être conscient que d'autres informations peuvent encore être diffusées, ce qui de toute évidence est une source d'inquiétude."

Le département de la Défense a indiqué que l'examen des documents rendus publics par WikiLeaks pourrait prendre "des jours, si ce n'est des semaines", et qu'il était encore trop tôt pour mesurer les dommages subis par la sécurité nationale.

QUEL RISQUE POUR WIKILEAKS ?

Des responsables de l'armée américaine ont toutefois minimisé la portée des révélations apportées par les fuites, et estimé que ces documents étaient surtout des évaluations sommaires reflétant pour l'essentiel les préoccupations officielles du Pentagone sur la conduite de la guerre en Afghanistan.

"L'ampleur (de la fuite), sa portée, sont évidemment alarmantes. Je ne pense pas que son contenu soit très révélateur", a également dit Morrell.

Le Pentagone a refusé de citer les noms de suspects, mais n'a pas voulu écarter une possible implication d'un soldat déjà inculpé pour avoir transmis à WikiLeaks des informations sur la guerre en Irak.

Le "spécialiste" (NDLR: grade de l'armée américaine situé juste au-dessus de celui de soldat de première classe) Bradley Manning a été inculpé ce mois-ci pour avoir relayé une vidéo filmée depuis un hélicoptère lors d'une attaque ayant causé la mort d'une dizaine de civils en Irak, dont deux journalistes de Reuters.

Prié de dire si le site WikiLeaks lui-même pourrait être poursuivi, des responsables du Pentagone ont souligné qu'il était d'usage de poursuivre les personnes ayant provoqué la fuite, mais pas celle s'étant contenté de publier les documents.

"Je ne sais pas ce qui va se passer. Nous arrivons dans un monde tout à fait nouveau, où une organisation dépourvue de jugement éditorial, qui n'est redevable de personne, peut demander des informations confidentielles à n'importe qui dans le monde avant de les publier", a déclaré Morrell.

"Je ne suis pas avocat, mais il va falloir décider s'il doit y avoir un lien légal avec le fait d'encourager un acte criminel", a-t-il ajouté.

L'organisation WikiLeaks se donne pour objectif de dévoiler au grand jour l'existence de comportements immoraux dans le monde politique ou des affaires, un rôle désigné aux Etats-Unis sous le terme de "whistleblower" (donneur d'alerte).

Première publication : 27/07/2010

  • AFGHANISTAN

    Un document dévoilé par WikiLeaks implique la France, l'armée s'explique

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Wikileaks divulgue 90 000 documents confidentiels sur le conflit afghan

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)