Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La diplomatie économique, avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

Asie - pacifique

"Douch" va faire appel de sa condamnation

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2010

"Douch", ancien directeur du centre de torture S-21 sous le régime des Khmers rouges, va faire appel de sa condamnation à 30 ans de prison. Lundi, il a été reconnu coupable de crimes contre l'humanité par le tribunal parrainé par les Nations unies.

AFP - "Douch", l'ex-chef de la prison de Phnom Penh sous le régime des Khmers rouges condamné à 30 ans de prison pour crimes contre l'humanité, va faire appel de sa condamnation, a annoncé mardi à l'AFP son avocat.

"Nous allons faire appel du verdict", a déclaré par téléphone Kar Savuth sans fournir davantage de précisions.

Un tribunal à participation internationale a condamné lundi pour la première fois un ex-haut responsable des Khmers rouges, en prononçant une peine de 30 ans de prison à l'encontre de Douch, chef d'une prison où ont été torturées 15.000 personnes.

Douch, de son vrai nom Kaing Guek Eav, à l'encontre duquel 40 ans de prison avaient été requis, a été reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Le tribunal parrainé par l'ONU avait cependant décidé de réduire sa peine à 30 ans, contre 35 initialement, en raison d'une période de détention jugée illégale car établie avant la formation de la juridiction.

Les familles de victimes ont regretté que le tribunal ait décidé de prendre en compte les onze années purgées par l'accusé depuis son arrestation en 1999. Cela peut permettre à Douch d'envisager de sortir dans 19 ans et, donc, de vivre ses dernières années en liberté.

Au cours des audiences achevées fin 2009, Douch avait exprimé des remords avant de faire machine arrière au dernier jour.

Arguant qu'il n'était qu'un simple serviteur du régime de Pol Pot, l'ancien professeur de mathématiques avait estimé qu'il échappait de facto aux compétences du tribunal et sollicité sa libération.

Agé de 67 ans, Douch avait la haute main sur la prison de Tuol Sleng, aussi appelée S-21, un ancien collège transformé en centre névralgique des purges sanglantes menées par les Khmers rouges. 15.000 personnes y ont été torturées avant d'être mises à mort entre 1975 et 1979, selon les estimations.

Première publication : 27/07/2010

COMMENTAIRE(S)