Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

Belgrade propose une résolution à l'ONU sans évoquer le statut du Kosovo

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/07/2010

Dans le projet de résolution déposé à l'ONU mercredi, la Serbie propose l'ouverture de nouvelles négociations sur "les questions ouvertes" entre Belgrade et Pristina, sans évoquer le statut du Kosovo. Une première de la part de Belgrade.

AFP - La Serbie a déposé mercredi un projet de résolution à l'Assemblée générale de l'ONU proposant l'ouverture de nouvelles négociations sur "les questions ouvertes" entre Belgrade et Pristina, sans évoquer le statut du Kosovo, a-t-on annoncé officiellement.

Le projet de résolution, dont l'AFP a obtenu une copie du ministère serbe des Affaires étrangères, "appelle toutes les parties à trouver une solution mutuellement acceptable à toutes les questions ouvertes par la voie du dialogue dans l'intérêt de la paix, de la sécurité et de la coopération dans la région".

Le texte de ce projet de résolution ne mentionne pas le statut du Kosovo, à savoir la proclamation unilatérale d'indépendance de la Serbie en février 2008.

Il s'agit là d'une évolution considérable de Belgrade qui soulignait jusqu'à présent que de nouvelles négociations entre Belgrade et Pristina devaient aborder aussi le statut du Kosovo.

Pour les autorités kosovares, de nouvelles négociations sur l'indépendance sont hors de question.

Les principaux pays européens et les Etats-Unis avaient invité ces dernières semaines à une reprise des discussions entre Belgrade et Pristina sur toutes les questions bilatérales en suspens, sans aborder la question de l'indépendance.

La mission de la Serbie auprès des Nations Unies a déposé ce projet de résolution après l'avis de la Cour internationale de justice (CIJ) qui a conclu jeudi dernier que la proclamation d'indépendance par les autorités de Pristina, le 17 février 2008, n'avait pas violé le droit international.

Le projet de résolution serbe propose également de reporter à la 66e réunion de l'Assemblée générale (prévue en 2011), les discussions sur l'avenir du Kosovo, à la lumière de l'avis de la CIJ.

L'indépendance du Kosovo a été reconnue à ce jour par 69 pays, dont les Etats-Unis et 22 des 27 Etats de l'UE. Belgrade a répété qu'il ne reconnaîtrait "jamais" l'indépendance du Kosovo.

Dans la préambule au projet de résolution, Belgrade souligne toutefois sur le fait qu'une "sécession unilatérale ne peut être un moyen acceptable de résoudre les questions territoriales".

Le ministère des Affaires étrangères a précisé dans un communiqué diffusé à Belgrade que ce projet de résolution avait été élaboré "après des consultations avec un large cercle international y compris tous les membres permanents du Conseil de sécurité" de l'ONU.

Première publication : 28/07/2010

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    La Serbie affirme qu'elle ne reconnaîtra "jamais" l'indépendance du Kosovo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)