Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

EUROPE

Un rapport accable l'organisateur de la "Love Parade"

Vidéo par Constance de BONNAVENTURE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/07/2010

Dans un rapport publié mercredi, les autorités allemandes pointent du doigt la responsabilité de l'organisateur de la Love Parade de Duisbourg, en Allemagne, où 21 personnes ont péri dans une bousculade, samedi.

AFP - Un rapport des autorités allemandes rendu public mercredi accable l'organisateur de la Love Parade samedi à Duisbourg (ouest) au cours de laquelle 21 personnes sont mortes, et celui-ci s'en défend dans une interview.

Les autorités de l'Etat régional de Rhénanie-du-nord-Westphalie estiment que les organisateurs ont fondé leur dispositif de sécurité sur des calculs erronés quant à la répartition de la foule et sa fluidité lors du festival de musique techno, selon ce rapport dont le quotidien Süddeutsche Zeitung a publié de larges extraits dès le matin.

Lors d'une conférence de presse mercredi après-midi le ministre régional de l'Intérieur, Ralf Jäger, a jugé "insupportable" que la mairie de Duisbourg et les organisateurs du festival de musique techno aient d'emblée rejeté toute responsabilité dans le drame, "avant même que la lumière soit faite sur les faits" s'étant déroulés samedi après-midi.

Au cours de cette conférence de presse avec M. Jäger, le chef de la police régionale Dieter Wehe a également énuméré une série d'erreurs des organisateurs qui ont entraîné la catastrophe au cours de laquelle plus de 500 personnes ont été blessées.

"Toutes les victimes sont mortes étouffées", a-t-il précisé en étouffant des larmes.

La chef du gouvernement régional Hannelore Kraft avait déjà expliqué mardi que, selon les autopsies, les victimes étaient mortes de "compression de la cage thoracique".

Devant la bousculade qui se déroulait aux abords du tunnel permettant d'accéder à la Love Parade, les gens se sont précipités sur un étroit escalier où la pression est alors devenue considérable, a-t-il expliqué.

L'organisateur de la Love Parade, Rainer Schaller, 41 ans, s'est défendu dans un entretien au quotidien Bild d'avoir "exercé des pressions sur qui que ce soit" pour réaliser l'événement malgré les multiples mises en garde.

"Quand j'obtiens une autorisation d'une autorité (...), alors je dois en tant qu'organisateur partir du principe que cela fonctionne", ajoute le propriétaire de la marque Love Parade et fondateur d'une chaîne de salles de sport à bas coûts, McFit.

Selon le rapport cité par la Süddeutsche Zeitung, les organisateurs n'avaient pas prévu qu'en plaçant des stands vendant de la nourriture et des boissons au bout du tunnel donnant accès au terrain de l'ancienne garde de fret où se déroulait la fête ils provoqueraient un embouteillage. "La police leur avait fait part de ce problème", assure le journal.

L'engorgement n'a pas pu être résorbé "parce que l'organisateur a mobilisé moins d'agents de sécurité que ce qui avait été annoncé", écrit le Süddeutsche Zeitung, et l'organisation a ignoré les propositions d'installer des vidéos de surveillance à l'entrée du site.

C'est là que l'engorgement s'est produit et que les victimes, pour la plupart des jeunes dont sept étrangers, sont mortes étouffées.

Des images aériennes publiées dans la presse montrent qu'à quelques mètres de l'escalier, où s'est agglutinée la foule, il restait de l'espace libre.

"Inciter les gens à continuer d'avancer aurait été le devoir des forces de l'ordre de l'organisateur", critique dans Bild, Frank Richter, chef du syndicat de la police régionale.

M. Schaller reconnaît dans le même journal que "la place était au moment de la tragédie remplie seulement à 75%". Il dit "ne pas pouvoir nier" que les annonces de son organisation avant le drame, faisant état de 1,4 million de participants, étaient des exagérations à des fins publicitaires.

Le vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a par ailleurs annoncé qu'il serait aux côtés de la chancelière Angela Merkel samedi lors d'un service funèbre oecuménique samedi en mémoire des victimes.

Le maire de Duisbourg Adolf Sauerland, très critiqué et qui a dû être placé sous protection policière, a déjà indiqué qu'il n'y assisterait pas.

Première publication : 28/07/2010

  • ALLEMAGNE

    La police se penche sur les causes de la bousculade mortelle de la "Love Parade"

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Bousculade mortelle lors de la "Love Parade" de Duisbourg

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)