Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

Amériques

Le sélectionneur argentin Diego Maradona limogé

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 28/07/2010

En poste depuis octobre 2008, Diego Maradona, l'emblématique sélectionneur de l'équipe nationale argentine, a été remercié. La Fédération argentine de football en a décidé ainsi, en raison de son refus de se séparer de certains adjoints.

Un an et sept mois, telle aura été la durée du mandat de Diego Maradona à la tête de la sélection argentine. L'aventure, riche en rebondissements, a pris fin mardi, la Fédération argentine de football (AFA) ayant décidé de ne pas renouveler le contrat du Pibe de Oro.

Motif invoqué : le refus du champion du monde 1986 de remanier son staff comme le lui imposait le président de l’AFA, Julio Grondona. La sanction, prononcée à l’unanimité des membres du comité exécutif de la fédération, apparaît comme une manœuvre destinée à écarter le très populaire Maradona. Ce dernier avait en effet publiquement affirmé qu’il s’en irait si la composition de son staff était mise en cause. "S’ils touchent à mon intendant, à mon masseur, je m'en vais", avait-il lancé dimanche sur America TV.

Qui pour succéder à Maradona ?

Maradona sera provisoirement remplacé par le sélectionneur des moins de 20 ans, Sergio Batista, pour le prochain match amical de l'Argentine contre l'Irlande, le 11 août, à Dublin.

Selon la presse argentine, le favori pour lui succéder est Alejandro Sabella, qui a notamment remporté la Copa Libertadores et la Ligue des champions sud-américaine avec Estudiantes, en 2009. Batista, qui a aussi dirigé l'équipe d'Argentine championne olympique en 2008, est également cité, tout comme Miguel Angel Russo, entraîneur du Racing Club, ou encore Carlos Bianchi, favori des supporteurs.
 

Sa nomination à la tête de l'Albiceleste au mois d'octobre 2008 avait provoqué autant d’euphorie que de scepticisme. Car s'il est adulé par la plupart de ses compatriotes pour ses exploits passés, Maradona ne compte pas que des admirateurs... Les excès de sa vie privée et son manque d’expérience en tant qu’entraîneur avaient été pointés du doigt par ses détracteurs.

Divorce avec les médias

Sa première sortie sur le banc de touche, lors d’un match amical en Écosse un mois après sa prise de fonction, avait attiré les médias du monde entier. Le mythe Maradona attire, à l'époque, toujours autant. Mais après trois succès en autant de matchs disputés - dont une victoire en amical contre la France, à Marseille (2-0) -, la machine se grippe sérieusement. L’Argentine est humiliée en Bolivie (6-1), au mois d'avril 2009, lors des éliminatoires de la Coupe du monde.

De virulentes critiques commencent alors à s’abattre sur Maradona. Pire, une série de trois revers met en danger la qualification de son équipe pour le Mondial sud-africain. Outre les défaites contre l’Équateur (2-0) et le Paraguay (1-0), c’est surtout la claque infligée par l’éternel rival brésilien (3-1) à l'Albiceleste sur le sol argentin qui met le feu aux poudres. Les médias se déchaînent, Maradona tergiverse.

Au total, celui-ci aura sélectionné 108 joueurs, donnant l'impression de ne jamais trouver la formule magique malgré la pléiade de talents mis à sa disposition. Son système de jeu est jugé inexistant et sa méthode est contestée. Mais les coéquipiers de Lionel Messi se ressaisissent et, sans briller, valident leurs billets pour l’Afrique du Sud. La qualification en poche, Maradona règle ses comptes avec la presse et écope d'une suspension de deux mois pour injures de la part de la Fifa...

Un Mondial raté

Comme le veut la tradition, l’Albiceleste est citée parmi les favoris de la Coupe du monde, à quelques jours du coup d’envoi de la compétition. L’Argentine se présente en Afrique du Sud avec un effectif de qualité pourvu de stars comme Lionel Messi, Diego Milito, Carlos Tevez ou Gonzalo Higuain.

Pourtant, certains choix de Maradona, comme celui de se priver d'Esteban Cambiasso, tout frais vainqueur de la Ligue des champions avec l’Inter, étonnent les observateurs. Mais l’union sacrée est prononcée et toute l’Argentine se prend à rêver d’un nouveau titre, d’autant plus que l’Albiceleste remporte ses trois matchs de poule. Tout sourit à "Pelusa", qui fait le spectacle lors des conférences de presse et exulte sur le banc de touche.

En huitièmes, l’Argentine écarte le Mexique (3-1) et rejoint l’Allemagne en quarts. L’occasion pour Maradona de retrouver un rival historique, puisque les deux équipes s’étaient affrontées lors des finales des Coupes du monde 1986 et 1990. Sur le terrain, Maradona avait remporté la première avant de perdre la seconde. Le choc attendu tourne à la démonstration allemande (4-0). Impuissant sur le banc de touche alors que son équipe est en pleine déroute, le sélectionneur voit son rêve s’évaporer. Jusqu’au prochain come-back ?

Première publication : 28/07/2010

  • FOOTBALL

    Diego Maradona condamné à deux mois de suspension par la Fifa

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    L'Argentine de Maradona, un favori aux pieds d'argile

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2010

    L'Allemagne écrase l'Argentine 4-0 et s'offre une place en demi-finale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)