Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réponse un peu courte d'Obama à Netanyahou"

En savoir plus

SUR LE NET

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

Economie

"La Chine a réagi vite et efficacement face à la crise"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/07/2010

Nigel Chalk, responsable Chine pour le Fonds monétaire international (FMI), revient sur les conclusions du rapport que l'institution financière vient de publier sur l'économie chinoise. Une première depuis 2006.

FRANCE 24 - Pour la première fois depuis 2006, la Chine autorise le Fonds monétaire international (FMI) à publier un rapport sur son économie. Comment interprétez-vous cette volte-face ?

Nigel Chalk - Bien que nous n'ayons rien pu publier sur la Chine ces deux dernières années, nos équipes, aussi bien celles travaillant à Washington, qu'à Pékin ou à Hong-Kong, sont en contact permanent avec les autorités chinoises. J'ignore quelles ont été les raisons qui ont poussé, cette année, Pékin à accepter la publication de notre rapport, mais je veux espérer qu’ils ont jugé nos conclusions justes et équilibrées.


F24 - Vous a-t-il été difficile de collecter les données nécessaires à la rédaction de votre rapport ? Les autorités chinoises ont-elles essayé d’entraver votre travail ?

N.C. - Les données officielles qui existent en Chine ne sont pas mauvaises, mais bien plus incomplètes que celles d’un pays comme les États-Unis par exemple. En Chine, réussir à obtenir toutes les informations censées refléter l’image la plus juste possible du pays reste un défi important. Il a fallu mener un important travail de terrain et s’entretenir avec de nombreux responsables de banques, d’entreprises et d’institutions financières. Même si, d’un interlocuteur à l’autre, les opinions sont parfois divergentes, l’image qui se dégage au final du rapport me semble être réaliste.


F24 - C’est la première fois que la Chine permet la publication d’un rapport épinglant sa politique de taux de change. Faut-il y voir une évolution de leur positon ?

N.C. - Dans le rapport, nous indiquons en effet que le yuan est sous-évalué, mais nous avons fait attention de bien prendre en compte le point de vue des autorités chinoises. Vous savez, sur cette question, il existe un désaccord au sein même de notre groupe de travail. Personnellement, je pense qu’avec une réserve de monnaie forte, un taux de change quasi identique à celui de 2001, alors que la Chine est plus puissante et que sa balance commerciale se ressaisit, le yuan est sous-évalué.


F24 - Quel est le principal enseignement que vous tirez de ce rapport ?

N.C. - La Chine a réagi vite et efficacement face à la crise. Ce qui lui a permis d’être parmi les premiers à en sortir. Mais le plus étonnant, c’est que même pendant la période la plus difficile, la consommation intérieure est restée forte. Un facteur qui démontre que la croissance chinoise est économiquement saine.

Première publication : 29/07/2010

COMMENTAIRE(S)