Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Economie

Peugeot-Citroën mise davantage sur la Chine

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/07/2010

Le président du directoire de Peugeot-Citroën a annoncé mercredi un bon premier semestre 2010 pour le groupe, notamment, grâce à la vigueur du marché chinois. PSA espère développer davantage ses activités dans les pays émergents.

Le premier constructeur français d’automobiles a de quoi sourire. Peugeot-Citroën a renversé la tendance en une année, passant d’une perte de 962 millions d'euros au premier semestre 2009 à un gain de 680 millions de janvier à juin 2010. Lors de la présentation des résultats mercredi, Philippe Varin, président du directoire de PSA (Peugeot-Citroën), a fortement insisté sur la Chine. L’ex-empire du Milieu est devenu le deuxième marché pour PSA. Le groupe y réalise 11 % de ses ventes, contre 49 % dans l’Hexagone. "En Chine, notre performance s’est nettement améliorée au premier semestre", a souligné le dirigeant.

Sur les six premiers mois de l’année, PSA a effectivement enregistré une augmentation de 49 % de ses ventes pour atteindre 176 000 véhicules écoulés. Une nouvelle qui a dû faire d’autant plus plaisir aux dirigeants du groupe aux deux marques, puisque la Chine a dépassé les États-Unis en début d’année pour devenir le premier marché automobile mondial.

Ce succès sino-centré s’expliquerait en grande partie par la bonne performance de Dongfeng, deuxième constructeur automobiles chinois, avec lequel PSA a signé une coentreprise. Les bénéfices nets de ce partenariat franco-chinois ont été multipliés par dix en un an, passant de 9 millions à 97 millions d’euros.

5 % du marché chinois

Philippe Varin espère continuer à faire fructifier ses affaires en Chine. Le groupe attend actuellement le feu vert de Pékin pour lancer une autre coentreprise, cette fois-ci avec le spécialiste chinois des voitures utilitaires Chang’an Automobile. Le dossier devrait être définitivement bouclé au début de l’année prochaine.

Le but avoué, mercredi, de PSA est de s’emparer d’ici à 2015 de 5 % des parts de marché en Chine contre 3,4 % actuellement. Un objectif que la Bourse de Paris n’a pas trouvé suffisamment ambitieux à son goût. L’action PSA a reculé, le jour même, de 4 %. Il faut dire que le Français est encore loin des deux mastodontes GM et Volkswagen. Ils ont vendu respectivement 1,21 million et 980 000 voitures en Chine au premier semestre.

Reste que la Chine n’est qu’une corde – certes majeure – à l’arc de l’ambition affichée de Philippe Varin. En fait, ce détracteur d’une "culture euro-centré" chez Peugeot-Citroën, pense pouvoir réaliser "en 2015, la moitié de ses ventes dans les pays émergents". Il s’agit essentiellement du fameux quatuor "BRIC" (Brésil, Russie, Inde et Chine) qui ne pèse actuellement qu’un tiers des ventes mondiales.

Première publication : 29/07/2010

COMMENTAIRE(S)