Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Amériques

WikiLeaks : l'étau se resserre autour de Bradley Manning

©

Vidéo par Guillaume MEYER

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 31/07/2010

Washington suspecte le jeune analyste militaire, déjà accusé d’avoir fourni à WikiLeaks la vidéo d'une bavure américaine en Irak au mois d'avril, d'être à l'origine de la récente fuite de milliers de documents sur le conflit afghan.

Bradley Manning est en passe de devenir le suspect numéro un dans l’affaire de la giga-fuite de plus de 91 000 documents secrets sur la guerre en Afghanistan. L’analyste militaire, déjà impliqué dans d'autres révélations faites par le site WikiLeaks, a été transféré du Koweït à la base des Marines de Quantico, en Virginie, pour y être à nouveau interrogé. Une source anonyme proche du dossier a affirmé au Wall Street Journal, jeudi, que des traces des fameux dossiers secrets avaient été trouvées sur l’ordinateur du jeune homme de 22 ans.

Depuis que WikiLeaks a publié dimanche cette immense base documentaire, l’armée et les services de renseignements américains s’activent pour trouver la "gorge profonde". Le secrétaire à la Défense américain, Robert Gates, a souligné, jeudi, que les États-Unis menaient "une enquête pour colmater la fuite et éviter que cela ne se reproduise". Il a également appelé le FBI en renfort.

Suspect idéal

Les autorités am

éricaines se sont intéressées de près à Bradley Manning dès que le scandale a éclaté. Il faut dire que le jeune militaire a tout du suspect idéal.

Son arrestation, au début du mois de juillet, avait fait grand bruit. L’armée l’accuse alors d’avoir fait parvenir à WikiLeaks une vidéo - devenue célèbre sous le nom de "Dommage collatéral" - illustrant une bavure américaine en Irak en 2007. Bradley Manning avait été trahi, dans cette affaire, par un hacker avec lequel il communiquait sur Internet. Huit chefs d’accusation ont été retenus contre lui.

Pour coincer Manning, le témoignage du bidouilleur informatique s’était révélé cruciale. Il avait expliqué que le jeune militaire disposait d’un accès officiel à une masse importante de documents confidentiels. Bradley Manning lui aurait par ailleurs avoué que la fameuse vidéo n’était qu’un élément parmi de nombreux autres transmis à WikiLeaks. Estimant que "la vie d’innocents et la sécurité nationale étaient en jeu", le hacker avait alors pensé qu'il devait le dénoncer. En revanche, les documents sur la guerre en Afghanistan n’ont jamais été évoqués dans leurs correspondances.

Feu nourri de critiques

WikiLeaks, de son côté, affirme ne pas connaître l’identité de sa source. Selon son fondateur, Julian Assange, le système de soumission des documents sur le site garantit un anonymat absolu. Il affirme également que ces précautions sont à l’origine du succès de WikiLeaks car elles mettent les éventuelles "gorges profondes" en confiance.

Le site continue, en tout cas, à être soumis à un feu nourri de critiques des autorités américaines et afghanes. Les révélations de dimanche mettraient, selon le président afghan Hamid Karzaï, "des vies de civils en péril". Celui-ci a déploré, jeudi, que les noms d’informateurs afghans apparaissent dans les nombreux documents rendus publics. Robert Gates a emboîté le pas au président afghan, affirmant que Julian Assange avait désormais "du sang sur les mains".

WikiLeaks a répondu à ces attaques, ce vendredi, sur Twitter. "Robert Gates, responsable de milliers de morts en Irak et en Afghanistan, dit que nous aurions peut-être du sang sur les mains", peut on lire dans l’un des derniers tweets postés par les responsables du site.

Première publication : 30/07/2010

  • WIKILEAKS

    "Ce n'est pas notre travail de fournir le contexte"

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les documents WikiLeaks ne font que confirmer les liens entre le Pakistan et les Taliban

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)