Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Amériques

Un baron de la drogue mexicain abattu par l'armée

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2010

L'armée mexicaine a tué l'un des trois principaux chefs du grand cartel mexicain de la drogue, Ignacio "Nacho" Coronel (photo). Il était un proche de l'homme le plus recherché du Mexique Joaquin "El Chapo" Guzman, à la tête du cartel de Sinaloa.

AFP - Ignacio "Nacho" Coronel, un des trois principaux chefs du grand cartel mexicain de la drogue, le cartel de Sinaloa, a été tué jeudi lors d'un raid de l'armée dans les faubourgs de Guadalajara (ouest), a annoncé le ministère mexicain de la Défense.

Coronel a été abattu "en tentant de s'échapper" et après avoir ouvert le feu sur les

militaires venus l'arrêter à Zapopan, une banlieue de Guadalajara, a déclaré le vice-ministre de la Défense Edgar Ruiz, lors d'une conférence de presse.

Un militaire a été tué et un autre blessé par les tirs du "capo", a indiqué le vice-ministre.

Coronel était l'un des plus proches partenaires de l'homme le plus recherché du Mexique, Joaquin "El Chapo" Guzman, le chef mafieux mexicain à la tête du cartel de Sinaloa.

"Nacho" était également connu comme le "roi du cristal", en référence à sa domination sur la production et la mise sur le marché nord-américain du "cristal", une puissante drogue à bas coût, à base de méta-amphétamine, et de la cocaïne.

Les Etats-Unis avaient offert cinq millions de dollars pour toute information menant à son arrestation.

Une arrestation a été opérée par les militaires, celle de Francisco Quinones, considéré comme son lieutenant, a précisé le vice-ministre.

La mort de "Nacho" Coronel est l'un des principaux coups portés au narcotrafic et représente la perte la plus lourde essuyée par le cartel de Sinaloa sous le mandat du président Felipe Calderon.

Le chef de l'Etat se trouvait jeudi à Guadalajara pour une réunion avec des chefs

Les États-Unis ferment leur consulat à Ciudad Juarez

L'ambassade américaine à Mexico a annoncé la décision de Washington de fermer son consulat à Ciudad Juarez, à la frontière du Texas, où fait rage la "guerre des cartels", pour un "réexamen de la sécurité".

Mi-juillet, les cartels de la drogue avaient utilisé pour la première fois une voiture piégée pour tuer deux policiers à Ciudad Juarez . La "guerre des cartels" a déjà fait 7 000 morts au Mexique depuis le début de l'année.

d'entreprise et l'inauguration d'un stade.

Il a réaffirmé à cette occasion que son gouvernement "continuerait à combattre fermement le crime organisé et ses expressions les plus violentes".

Le chef mafieux "trouvait refuge dans deux résidence utilisées comme des planques sécurisées, situées dans la résidence des Colinas de San Javier" à Guadalajara, a encore indiqué le vice-ministre.

Des voisins ont raconté que des hélicoptères ont survolé la zone résidentielle peu après midi, tandis que des soldats encerclaient le quartier.

"Les hélicoptères volaient très bas et nous interdisaient de sortir de chez nous. Ensuite, on a entendu les tirs et les explosions", a déclaré à la presse une voisine.

Avec Joaquin Guzman, dit "El Chapo", et Israel Zambada, dit "El Mayo", Coronel, encore surnommé "L'Ingénieur", était l'un des trois chefs de la direction suprême du cartel de Sinaloa.

Agé de 56 ans, "il contrôlait le trafic de cocaïne" du cartel sur la "route du Pacifique", a ajouté le vice-ministre, précisant que le narcotrafiquant dirigeait les opérations sur une vaste échelle à l'ouest du Mexique.

Il avait entamé une carrière fulgurante dans les années 1990 sous les ordres du principal baron de la drogue de l'époque, Amado Carrillo Fuentes, mort en 1996, avant de s'unir en 2001 au cartel de Sinaloa et d'en devenir, en moins de 10 ans, l'un des trois "capos".

Un élément-clé de son ascension, selon les experts, fut le mariage d'une de ses nièces avec le premier des "capos", "El Chapo" Guzmán.

A son arrivée au pouvoir en 2006, le président Calderon avait annoncé une guerre sans merci contre les cartels de la drogue, déployant 50.000 militaires à cette fin. Cette initiative lui a valu le soutien des Etats-Unis, mais les critiques de l'opposition, qui l'accuse d'avoir exacerbé la violence.

La guerre entre cartels de la drogue et leurs affrontements avec les forces de sécurité ont fait près de 25.000 morts depuis fin 2006.

 

Première publication : 30/07/2010

  • MEXIQUE

    L'ombre des cartels de drogue pèse sur les élections locales partielles

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Règlements de comptes sanglants entre narcotrafiquants à Ciudad Juarez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)