Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Planète

Deux ans de retard confirmés pour le réacteur EPR de Flamanville

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2010

C'est finalement en 2014 que l'EPR de Flamanville, réacteur nucléaire de nouvelle génération, devrait démarrer. Le groupe EDF a confirmé un retard de deux ans, qui implique une hausse du coût du chantier en cours dans l'Ouest de la France.

AFP - Le groupe Electricité de France (EDF) a annoncé vendredi un report de deux ans, à 2014, de la date de démarrage de son réacteur EPR de Flamanville (Manche) et une augmentation du coût total du chantier à 5 milliards d'euros, contre 3,3 milliards initialement, selon un communiqué.

"Des progrès significatifs ont été réalisés sur le chantier de l’EPR de Flamanville (...) L’objectif de première production commercialisable est désormais fixé à 2014, avec des coûts de construction ré-estimés autour de 5 milliards d’euros", indique le groupe.

Les retards de l'EPR de Flamanville étaient évoqués par la presse et les syndicats depuis plusieurs mois.

La direction d'EDF avait déjà réévalué à 4 milliards d'euros en décembre 2008 le coût de construction de ce réacteur de 3e génération. Elle avait aussi implicitement reconnu un retard d'un an en novembre 2009.

Par ailleurs, EDF annonce avoir réalisé un bénéfice net de 1,66 milliard d'euros au 1er semestre, en baisse de 46,9%, en raison d'une provision passée pour couvrir les risques de perte de valeur de ses actifs aux Etats-Unis.

"Les conditions de marché reflétées par les perspectives à court et long terme d’évolution des prix de l’énergie aux Etats-Unis sont moins favorables et pèsent ainsi sur la rentabilité attendue des actifs existants de CENG (la société Constellation Energy) comme du nouveau nucléaire", indique EDF dans son communiqué.

EDF a racheté en 2009 la moitié des activités nucléaires de Constellation Energy pour 4,5 milliards de dollars.
 

Première publication : 30/07/2010

COMMENTAIRE(S)