Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Planète

Deux ans de retard confirmés pour le réacteur EPR de Flamanville

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2010

C'est finalement en 2014 que l'EPR de Flamanville, réacteur nucléaire de nouvelle génération, devrait démarrer. Le groupe EDF a confirmé un retard de deux ans, qui implique une hausse du coût du chantier en cours dans l'Ouest de la France.

AFP - Le groupe Electricité de France (EDF) a annoncé vendredi un report de deux ans, à 2014, de la date de démarrage de son réacteur EPR de Flamanville (Manche) et une augmentation du coût total du chantier à 5 milliards d'euros, contre 3,3 milliards initialement, selon un communiqué.

"Des progrès significatifs ont été réalisés sur le chantier de l’EPR de Flamanville (...) L’objectif de première production commercialisable est désormais fixé à 2014, avec des coûts de construction ré-estimés autour de 5 milliards d’euros", indique le groupe.

Les retards de l'EPR de Flamanville étaient évoqués par la presse et les syndicats depuis plusieurs mois.

La direction d'EDF avait déjà réévalué à 4 milliards d'euros en décembre 2008 le coût de construction de ce réacteur de 3e génération. Elle avait aussi implicitement reconnu un retard d'un an en novembre 2009.

Par ailleurs, EDF annonce avoir réalisé un bénéfice net de 1,66 milliard d'euros au 1er semestre, en baisse de 46,9%, en raison d'une provision passée pour couvrir les risques de perte de valeur de ses actifs aux Etats-Unis.

"Les conditions de marché reflétées par les perspectives à court et long terme d’évolution des prix de l’énergie aux Etats-Unis sont moins favorables et pèsent ainsi sur la rentabilité attendue des actifs existants de CENG (la société Constellation Energy) comme du nouveau nucléaire", indique EDF dans son communiqué.

EDF a racheté en 2009 la moitié des activités nucléaires de Constellation Energy pour 4,5 milliards de dollars.
 

Première publication : 30/07/2010

COMMENTAIRE(S)