Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : des milices sunnites aident les Peshmergas à lutter contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Nigeria souhaite bonne chance à Buhari"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots vides"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Prise d'otage sanglante à Istanbul

En savoir plus

FOCUS

Iran - Oman : avec les contrebandiers du détroit d'Ormuz

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

FRANCE

Patrice de Maistre a de nouveau été entendu par la police

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2010

Le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a été libéré suite à une nouvelle garde à vue à la brigade financière de Paris, ce vendredi.

AFP - Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, a été placé en garde à vue vendredi matin dans les locaux de la brigade financière à Paris, a-t-on appris de sources proches du dossier confirmant une information du Monde.fr.


Patrice de Maistre, déjà placé en garde à vue à la brigade financière les 15 et 16 juillet, est de nouveau entendu depuis vendredi matin dans le cadre de l'enquête sur le contenu des écoutes clandestines. Il a été placé en garde à vue vendredi vers 08H00, selon ces sources.

"Il s'agit d'une reprise de garde à vue (entamée les 15 et 16 juillet, ndlr)", a expliqué le parquet de Nanterre, précisant qu'il restait aux enquêteurs 11h30 pour entendre M. de Maistre.

Il devait être confronté aux déclarations d'Eric Woerth, entendu jeudi à son ministère par les enquêteurs, ainsi qu'au résultat des perquisitions menées depuis plusieurs jours dans le cadre de cette enquête, a précisé une de ces sources.

Le gestionnaire de fortune de Mme Bettencourt devait ainsi une nouvelle fois répondre aux accusations de financement politique occulte proférées par l'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal, Claire Thibout. Cette salariée, licenciée en 2008, affirme que M. de Maistre lui avait demandé de retirer la somme de 150.000 euros début 2007, destinée selon elle à Eric Woerth, trésorier de l'UMP et de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Les enquêteurs devaient également le réentendre sur les éléments apparus dans les conversations tenues dans le bureau de Mme Bettencourt et enregistrées par son majordome entre mai 2009 et mai 2010.

Ces écoutes suggèrent un possible conflit d'intérêts entre la double casquette de trésorier de l'UMP (jusqu'à vendredi) et de ministre du Budget (jusqu'en mars) de M. Woerth et l'embauche de sa femme par M. de Maistre en 2007.

Eric Woerth, lors de son audition jeudi, a récusé tous les soupçons de conflit d'intérêt et de financement politique illégal, selon son avocat, Me Jean-Yves Leborgne, qui demande que le ministre soit désormais mis "en dehors de la polémique".

 

Première publication : 30/07/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Éric Woerth entendu plusieurs heures par la brigade financière

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le parquet refuse la demande de mise sous tutelle‎ déposée par la fille de Liliane Bettencourt

    En savoir plus

  • Affaire Woerth : pas d'accalmie en vue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)