Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • L’étrange saison des Ukrainiens du Shakhtar Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Asie - pacifique

Au Cachemire, deux manifestants tués par les forces de sécurité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/07/2010

Deux manifestants ont été tués, ce samedi, au Cachemire. Depuis vendredi, six personnes ont ainsi été tuées par les forces de sécurité dans le district de Baramulla, connu pour être un bastion du séparatisme.

AFP - Deux manifestants ont été tués samedi lors de manifestations au Cachemire indien, portant à six le nombre de personnes tuées par les forces de sécurité en deux jours.

C'est le bilan le plus lourd depuis le début des troubles le 11 juin lorsqu'un étudiant de 17 ans avait été tué par un tir de gaz lacrymogènes de la police.

A ce jour, les forces de sécurité indiennes sont accusées d'avoir tué 23 civils, dont de nombreux jeunes gens, en moins de deux mois.

Samedi, un homme âgé de 30 ans a été tué lorsque la police a ouvert le feu sur des manifestants qui jetaient des pierres dans la ville de Baramulla (nord), selon un policier qui a souhaité garder l'anonymat.

Auparavant, un homme avait été abattu dans le village de Naidkhai, au nord-ouest de la capitale d'été du Cachemire indien, Srinagar, lorsque le forces de sécurité "ont ouvert le feu sur un groupe de manifestants qui tentaient d'attaquer un camp de la police", a déclaré ce policier.

Ces deux morts portent à six le nombre de personnes tuées dans des affrontements avec les forces de sécurité depuis vendredi dans le district de Baramulla, connu pour être un bastion du séparatisme.

Plusieurs autres manifestants ont été blessés, dont un grièvement, au cours de la fusillade dans le village de Naidkhai, précise-t-on de même source.

Les récents affrontements sont la conséquence de la violation par les manifestants du couvre-feu très strict imposé par les autorités indiennes dans toutes les villes de la vallée du Cachemire.

Depuis vingt ans, le Cachemire indien est le théâtre d'une insurrection anti-indienne qui a fait plus de 47.000 morts. La violence a cependant diminué depuis l'amorce en 2004 d'un processus de paix entre l'Inde et le Pakistan qui contrôle une partie du Cachemire.

Le contrôle de cette région, partagée entre les deux pays, a été le motif de deux des trois guerres qui ont opposé l'Inde au Pakistan depuis 1947.

Première publication : 31/07/2010

  • INDE

    Le Cachemire sous les coups de la répression policière

    En savoir plus

  • INDE

    Le Cachemire indien en proie à de violentes émeutes

    En savoir plus

  • INDE

    New Delhi retire 30 000 soldats du Cachemire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)