Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

Asie - pacifique

Le chef des renseignements pakistanais annule une visite à Londres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/08/2010

Alors que le Premier ministre britannique David Cameron a accusé cette semaine Islamabad de "promouvoir l'exportation du terrorisme", le chef des renseignements pakistanais a décidé d'annuler sa visite prévue lundi à Londres.

REUTERS - Le chef des renseignements pakistanais a annulé une visite en Grande-Bretagne pour protester contre les critiques du Premier ministre David Cameron sur les liens présumés d'Islamabad avec l'activisme armé.

L'ISI, la Direction pour le renseignement inter-services (ISI), a déclaré samedi que le général Ahmad Shuja Pasha, ainsi que plusieurs autres cadres de l'agence, n'iraient pas lundi à Londres, comme ils l'avaient prévu, pour des discussions consacrées à la lutte contre le terrorisme.

Le président pakistanais Asif Ali Zardari a en revanche maintenu son voyage dans la capitale britannique et doit s'entretenir mardi avec David Cameron.

Le nouveau chef du gouvernement britannique a exaspéré Islamabad en déclarant mercredi lors d'une visite en Inde que le Pakistan ne devait pas devenir un repaire d'activistes et "promouvoir l'exportation du terrorisme".

Le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères a déclaré que le Pakistan avait été "attristé" par les propos du Premier ministre conservateur.

Dans le même temps, des documents militaires confidentiels publiés par le site internet Wikileaks ont précisé la nature des inquiétudes de Washington sur le rôle joué par l'ISI dans le soutien aux taliban, alors que le gouvernement pakistanais reçoit plusieurs milliards de dollars d'aide américaine.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a déclaré récemment lors d'une visite au Pakistan qu'elle était persuadée que le pays abritait toujours des dirigeants d'Al Qaïda et que certains responsables au sein du gouvernement savaient où ils se trouvaient.

L'armée pakistanaise a lancé une vaste offensive militaire contre les bastions d'Al Qaïda et des taliban dans les provinces du Nord-Ouest qui bordent la frontière avec l'Afghanistan.

Le porte-parole de l'ISI a déclaré que 2.500 soldats avaient trouvé la mort et que 4.000 autres avaient été blessés dans les combats contre les islamistes armés depuis le déclenchement de l'intervention militaire américaine en Afghanistan, fin 2001.

Plus de 30.000 civils ont été tués ou blessés pendant la même période, ainsi qu'une centaine de responsables de l'ISI, a-t-il souligné.

L'ambassadeur du Pakistan en Grande-Bretagne, Wajid Shamsul Hasan, a estimé cette semaine, dans une tribune publiée par le quotidien The Guardian, que David Cameron avait "porté préjudice aux perspectives de paix dans la région".
 

Première publication : 31/07/2010

  • DIPLOMATIE

    En visite en Inde, Cameron déclenche un tollé diplomatique avec le Pakistan

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    David Cameron débute sa visite en Inde par la signature d'un gros contrat militaire

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    David Cameron exhorte Israël à lever le blocus imposé à la bande de Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)