Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

FRANCE

Les 35 sites français classés au patrimoine mondial de l'Unesco

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/08/2010

Depuis 1972, et l'adoption par l'Unesco de la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, près de 900 sites ont été classés au patrimoine mondial. Parmi eux, 35 sont français. Revue en détails.

Parmi les 35 sites français inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, la plupart (32) sont culturels. Trois seulement sont naturels, à l'image des lagons de Nouvelle-Calédonie. 

Comment intégrer la liste du patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco ? Voici en quatre points, des éléments de réponse : 

1 – Un pays propose un ou plusieurs sites au Comité du patrimoine mondial. Seuls les états membres de l’Unesco qui ont ratifié la Convention du patrimoine mondial et se sont par-là même engagés à protéger leur patrimoine naturel et culturel peuvent soumettre des propositions.

2 – L’Etat doit préparer au préalable une liste indicative, inventaire des sites naturels et culturels les plus importants situés sur son sol, et la fournir au Centre du patrimoine mondial. Il s’agit d’un état prévisionnel des biens que le pays peut décider de proposer pour inscription au cours des cinq à dix années à venir et peut être mise à jour. Un Etat ne peut en effet proposer un site à l’inscription s’il ne figure pas déjà sur sa liste indicative.

3 - Deux organisations consultatives indépendantes désignées par la Convention du patrimoine mondial, le Conseil international des monuments et des sites (Icomos) et l’Union mondiale pour la nature (UICN), sont chargées d’évaluer les sites proposés. Une troisième organisation consultative, le Centre international d’étude pour la préservation et la restauration des biens culturels (Iccrom), donne au Comité des conseils sur la conservation des sites culturels.

4 – Après l’étape de l’évaluation, le Comité intergouvernemental du patrimoine mondial, qui se réunit une fois par an, prend la décision finale. Il n’y a pas de limite au nombre de site que le Comité peut choisir d’inscrire chaque année.

Première publication : 02/08/2010

  • FRANCE

    Albi inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco

    En savoir plus

  • FRANCE

    La Réunion fait son entrée au patrimoine mondial de l'Unesco

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)