Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Moyen-orient

Échanges de tirs meurtriers entre soldats israéliens et libanais à la frontière des deux pays

Vidéo par Isabelle DELLERBA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2010

Trois soldats et un journaliste libanais sont morts dans des affrontements avec des militaires israéliens, dans le secteur d'Aadaissé, à la frontière entre les deux pays. Les deux parties s'accusent mutuellement d'avoir ouvert le feu.

AFP - Trois soldats et un journaliste libanais ont été tués et au moins un soldat israélien a été blessé, selon un responsable des services de sécurité libanais, lors d'affrontements mardi à la frontière entre Israël et le Liban, sous tension permanente.

Il s'agit des incidents les plus sanglants à la frontière entre les deux pays encore techniquement en guerre depuis le conflit destructeur de 2006 entre l'Etat hébreu et le Hezbollah chiite.

"Trois soldats libanais ont été tués, un journaliste a été tué et un civil a été blessé", a précisé ce responsable sous couvert de l'anonymat. "Nous avons également des informations sur un soldat israélien gravement blessé", a affirmé à l'AFP un responsable de services de sécurité.

Une autre responsable de sécurité a indiqué à l'AFP que les Israéliens appelaient à un cessez-le-feu pour pouvoir évacuer les soldats israéliens blessés.

La télévision du Hezbollah chiite Al Manar a indiqué de son côté qu'un "haut gradé" israélien a été tué. Cette information n'a pas pu être confirmée.

Al Manar a indiqué par ailleurs que son correspondant dans le sud Ali Cheaïb, a été légèrement blessé.

Auparavant, un porte-parole de l'armée libanaise avait affirmé qu'en fin de matinée, "des affrontements ont éclaté entre les deux parties à la frontière dans le secteur d'Aadaissé,

Aadaissé se situe dans le secteur est du sud du Liban.

après que des soldats israéliens eurent tenté d'arracher un arbre du côté libanais".

Aadaissé se situe dans le secteur est du sud du Liban, à 30 km à l'est de la ville côtière de Tyr.

"Les soldats israéliens ont commencé à tirer, l'armée libanaise a riposté", a précisé le porte-parole.

"Une maison à Aadaissé a été touchée par un obus (bien obus) tiré par un char israélien", a souligné le porte-parole. Selon un correspondant de l'AFP à Aadaissé, une deuxième maison a été touchée.

Un responsable des services de sécurité présent dans la zone a affirmé à l'AFP que les "soldats israéliens ont tiré quatre obus (bien obus) qui sont tombés près d'une position de l'armée libanaise à Aadaissé et l'armée a riposté".

L'armée israélienne a de son côté confirmé que des tirs avaient eu lieu à la frontière libanaise contre des soldats israéliens.

"Des forces israéliennes menant des travaux en territoire israélien entre la barrière de sécurité et la frontière internationale ont essuyé des tirs", a précisé un communiqué.

La Force des Nations unies au Liban (Finul) appelle à un "maximum de retenue", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la force onusienne Neeraj Singh, qui a confirmé l'échange de tirs.

Israël a averti le Liban des "conséquences" que pourrait avoir d'autres "violations de la résolution 1701 du conseil de sécurité de l'ONU", dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

La résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU a mis fin à la guerre dévastatrice qui a opposé en 2006 Israël au groupe chiite libanais Hezbollah, et renforcé la Finul, chargée de superviser un cessez-le-feu entre les deux ennemis.

Le président libanais Michel Sleimane et le Premier ministre Saad Hariri ont pour leur part dénoncé une "agression" israélienne.

A l'été 2006, à la suite de l'enlèvement par le Hezbollah de deux soldats israéliens à la frontière, un conflit destructeur de 34 jours a opposé l'Etat hébreu et le parti chiite, tuant plus de 1.200 Libanais, en majorité des civils, et 160 Israéliens, en majorité des militaires.

Israël n'est pas parvenu à briser les capacités militaires du Hezbollah, empêcher les tirs de roquettes vers son territoire et obtenir la libération des deux soldats capturés dont les dépouilles lui ont ensuite été remises.

Depuis quelques mois, les tensions entre l'Etat hébreu et le Hezbollah se sont accentuées après qu'Israël eut accusé la Syrie de fournir des missiles Scud au Hezbollah.

Première publication : 03/08/2010

  • DIPLOMATIE

    Bachar al-Assad et le roi Abdallah prônent l'apaisement au Liban

    En savoir plus

  • LIBAN

    La guerre médiatique de Hassan Nasrallah contre le Tribunal spécial pour le Liban

    En savoir plus

  • La Finul sous tension

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)