Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Asie - pacifique

Un chef de la police tué dans un attentat-suicide à Peshawar

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/08/2010

Un attentat-suicide perpétré près du siège des forces paramilitaires à Peshawar (nord-ouest du Pakistan) a provoqué la mort d'un haut responsable de la police et de deux autres personnes. L'attaque a été revendiquée par les Taliban.

AFP - Un attentat suicide revendiqué par les talibans a tué mercredi un haut responsable de la police et deux autres personnes à Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan.

Les talibans ont revendiqué leur responsabilité dans la mort de ce commandant de police, l'un des plus importants du pays, et ont menacé de commettre de nouveaux assassinats.

"Nous l'avons tué, il était notre cible (...). Tous les policiers qui comme lui agissent contre nous vont subir le même sort", a déclaré à l'AFP par téléphone Azam Tariq, un porte-parole du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP). "Il menait différentes opérations contre nous. L'un de nos kamikazes a fait ce travail", a-t-il ajouté.

Le TTP, qui a fait allégeance à Al-Qaïda dès sa création en décembre 2007, est, avec des groupes qui lui sont liés, le principal responsable d'une vague d'environ 400 attentats qui ont fait près de 3.500 morts dans tout le pays ces trois dernières années.

"L'attentat suicide visait Sifwat Ghayoor et il a été tué", avait déclaré peu avant Bashi Bilour, un ministre du gouvernement de la Khyber Pakhtunkhwa, la province du Nord-Ouest. "Nous enquêtons pour savoir si le kamikaze était à pied ou en voiture", a-t-il ajouté.

Le corps d'un adolescent gisait sur les lieux de l'attentat. Sa tête et ses jambes étaient sectionnées, a constaté un photographe de l'AFP.

Selon la police, onze personnes ont également été blessées.

Sifwat Ghayoor était le commandant de la Frontier Constabulary, une force paramilitaire qui assiste les détachements des forces de sécurité pendant les opérations militaires contre les talibans pakistanais dans le Nord-Ouest et les zones tribales.

M. Ghayoor était aussi un ancien chef de la police de Peshawar, la capitale de la province du Nord-Ouest, principale cible de la vague d'attentats, suicide pour la plupart, qui ont fait plus de 3.500 morts au cours des trois dernières années.

Les circonstances de l'attentat étaient pour l'heure inconnues.

"Il semble que le kamikaze était à pied. Il avait 13 ou 14 ans et il s'est fait exploser près de la voiture de Sifwat Ghayoor, mais nous enquêtons toujours", a déclaré à l'AFP Shafqat Malik, le chef des services de déminage à Peshawar.

Mais un témoin, interrogé par une chaîne de télévision, a déclaré avoir vu l'explosion après qu'une voiture se fut approchée du véhicule dans lequel se trouvait Sifwat Ghayoor.

Deux voitures ont été vues en flammes après l'attaque.

Cet attentat survient dans un contexte où le Pakistan tente de venir en aide aux 3,2 millions de sinistrés après les pires inondations dans la région en 80 ans, notamment dans le Nord-Ouest.

Il s'agit du premier attentat suicide meurtrier depuis le 26 juillet, date à laquelle un attentat suicide devant la maison d'un ministre provincial, qui pleurait la mort de son fils tué par des talibans présumés, avait fait sept morts à Pabbi, dans le nord-ouest du Pakistan.

Première publication : 04/08/2010

  • DIPLOMATIE

    Zardari estime que "la coalition est en train de perdre la guerre contre les Taliban"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La lutte antiterroriste au menu de la visite à Paris du président pakistanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)