Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

FOCUS

Les Irlandais aux urnes pour l'ouverture du mariage aux homosexuels

En savoir plus

FRANCE

En France, les destructions d'emplois ont battu des records en 2009

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/08/2010

Avec 256 100 destructions d'emploi, l'emploi salarié en France a reculé de 1,5% en 2009 pour atteindre un niveau jamais observé depuis l'après-guerre, selon les chiffres publiés par Pôle emploi. Le secteur tertiaire est particulièrement touché.

REUTERS - Avec 256.100 destructions de postes, l’emploi salarié en France a connu en 2009 une baisse record qui, pour la première fois depuis 1976, s’est accompagnée d’un recul du nombre d’entreprises affiliées à l’Assurance-chômage, selon un bilan publié jeudi par Pôle emploi.

La plus forte récession depuis 60 ans - le produit intérieur brut de la France s’est contracté de 2,5% selon l’Insee - a fait reculer l’emploi salarié de 1,5% au total, un recul proche de celui de 1,6% subi en 1976, après le premier choc pétrolier, et qui correspondait alors à 214.100 destructions de postes.

En 2008, avec le début de la récession, l’emploi salarié avait reculé de 0,5%.

La baisse de l’emploi en 2009 a ramené à 16.287.700 le nombre de salariés des secteurs concurrentiels à la fin de l’année, répartis dans 1.602.990 établissements affiliés à l’Assurance chômage.

« Un tel niveau de destructions de nettes d’emploi salarié n’avait jamais été observé depuis l’après-guerre », souligne Pôle emploi dans un communiqué.

Après onze années de hausse ininterrompue, le secteur de la construction a réduit ses effectifs de 2,9% en 2009, soit 43.800 postes perdus.

Le secteur tertiaire a éliminé 44.300 postes, soit 0,4%, après une diminution de 0,1% en 2008. En recul depuis 2001, l’emploi industriel a encore perdu 168.200 postes, soit 5,2% après une baisse de 2,5% en 2008.

Quant au secteur de l’intérim, utilisé comme une variable d’ajustement en temps de crise, son emploi s’est inscrit en très légère hausse de 1,5% grâce à la remontée du travail temporaire dans la deuxième partie de l’année.

L’emploi féminin a diminué pour la première fois depuis 1993 mais en résistant mieux que celui des hommes : 51.400 postes perdus, soit un recul de 0,7%, contre 204.700 ou 2,2% dans la population masculine.

La Corse a créé des emplois

La part des femmes dans l’emploi salarié a ainsi progressé de 0,4 point pour atteindre 44,5% fin décembre 2009, confortant une tendance longue qui reflète la tertiarisation de l’économie. Depuis 1981, la proportion des femmes dans l’emploi salarié a augmenté de 7,6 points.

Selon Pôle emploi, 85,% des femmes occupées travaillent dans le secteur tertiaire - le seul secteur composé majoritairement de femmes (52,8%) - contre 61,1% des hommes.

Fin 2009, le tertiaire regroupait 71,9% de la population salariée totale, contre 71,1% en 2008. La part de la construction dans l’emploi total a diminué de 0,1 point à 9,1% tandis que le poids de l’industrie a continué de baisser à 19,0% - un recul de près de neuf points depuis 1993.

Avec la crise, le nombre d’établissements affiliés à l’Assurance chômage a baissé l’an dernier pour la première fois depuis 1976, avec 7.620 unités de moins représentant un recul de 0,5%.

Les entreprises employant moins de 10 salariés, qui représentent 82,2% des établissements, ont concentré 67,9% des fermetures mais les pertes nettes d’emplois ont concerné à 98,5% celles de 10 salariés ou plus, où travaillent 75,2% des salariés.

Une seule région, la Corse, a été créatrice d’emplois en 2009 avec un solde net positif de 1.050 emplois (+1,7%). À l’opposé, les huit régions les plus touchées ont été la Picardie (-3,8%), la Haute-Normandie (-3,0%), la Lorraine (-2,6%), le Centre (-2,3%), l’Alsace (-2,2 %), Poitou-Charentes, Champagne-Ardenne et la Bourgogne (-2,1% chacune).

L’Île-de-France, principale région en termes d’emploi avec un peu plus d’un quart des salariés du secteur privé, a enregistré une baisse de 1,4% qui la situe 0,1 point au-dessus de l’évolution globale de l’emploi salarié en France, résultant d’une diminution moins marquée que la moyenne nationale dans l’industrie (-4,8%, soit -21.990 emplois) et la construction (-1,5%, soit -4.180 postes).

Plus touché en revanche, le tertiaire francilien a perdu 1,0% de ses effectifs, ou 33.290 postes.

Première publication : 05/08/2010

COMMENTAIRE(S)