Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

François Hollande revient à Florange

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dialogue de sourds ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mythes fracassés de la présidence Hollande"

En savoir plus

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

Afrique

Naomi Campbell dit avoir reçu des "petites pierres à l'aspect sale"

Vidéo par Valérie DEFERT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/08/2010

Appelée à témoigner à la barre du procès de Charles Taylor, ex-président libérien, accusé de onze crimes ainsi que de trafic d'armes et de diamants, le mannequin Naomi Campbell a affirmé avoir reçu un "cadeau" sans en connaître l'expéditeur avéré.

AFP - La top-model Naomi Campbell a reconnu jeudi devant un tribunal de La Haye avoir reçu en 1997 des diamants bruts, "des pierres à l'aspect sale", dont elle présume qu'ils venaient de Charles Taylor, accusé d'avoir trafiqué des "diamants du sang" contre des armes.

"Elle dit ne pas connaître l'auteur du cadeau"

Le mannequin a affirmé, lors de son témoignage au procès de M. Taylor, ancien président du Liberia jugé pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre, que deux hommes lui avaient apporté au milieu de la nuit "une petite bourse" à l'issue d'un dîner de charité organisé au Cap par l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.

Dans cette bourse se trouvaient "de toutes petites pierres à l'aspect sale (...) trois peut-être, deux ou trois", a raconté Mme Campbell, déclarant aux juges du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) "supposer" que l'expéditeur du "cadeau" était Charles Taylor, aucune note n'accompagnant les pierres.

Lors de sa déposition, Campbell, cheveux en chignon et vêtue d'un ensemble beige avec jupe aux genoux, a assuré avoir parlé le lendemain au petit déjeuner de ce cadeau à son agent d'alors Carole White et à l'actrice américaine Mia Farrow. Toutes deux doivent témoigner lundi.

L'accusation comptait sur le témoignage de Naomi Campbell, 40 ans, pour démontrer que Charles Taylor, 62 ans, a menti en affirmant ne jamais avoir possédé de diamants bruts.

Selon l'accusation, il s'était rendu en septembre 1997 en Afrique du Sud pour "vendre ou échanger contre des armes des diamants" reçus des rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) en Sierra Leone lors de la guerre civile qui a ravagé ce petit pays d'Afrique de l'ouest. Le "cadeau" de Naomi Campbell en faisait partie.

Mais l'avocat de l'accusé, Courtenay Griffiths, a qualifié de "pure spéculation" l'affirmation selon laquelle Taylor avait fait porter les diamants au top model, soulignant qu'elle n'avait pu formellement identifier leur provenance.

L'organisation de défense des droits de l'homme Global Witness espère pour sa part "que le témoignage de Naomi Campbell aidera à ce que justice soit rendue", a indiqué à l'AFP son porte-parole Oliver Courtney.

"Je ne voulais pas les garder", a déclaré Mme Campbell à la cour, ajoutant avoir donné les pierres à Jeremy Ratcliffe, un de ses amis qui travaillait pour le Fonds d'aide à l'enfance de Nelson Mandela (NMCF), "afin qu'il fasse quelque chose avec".

"J'étais là pour collecter des fonds pour le NMCF (...) Je voulais qu'ils (les diamants) aillent au fonds d'aide", a dit Mme Campbell, reconnaissant pourtant que M. Ratcliffe "les a toujours".

Le NMCF a de son côté confirmé, dans une lettre présentée à l'audience, n'avoir jamais reçu les diamants.

Le mannequin avait d'abord refusé de témoigner, mais les procureurs avaient obtenu des juges une citation à comparaître afin qu'elle vienne déposer.

"J'ai lu sur internet que cet homme (Charles Taylor) aurait tué des milliers de personnes, et je ne veux pas que ma famille soit en danger", a-t-elle expliqué aux juges.

M. Taylor, dont le procès ouvert en janvier 2008 a connu un brusque regain d'intérêt médiatique à la faveur de la convocation de la top-model, est accusé d'avoir dirigé en sous-main les rebelles du RUF en Sierra Leone, leur fournissant armes et munitions en échange de "diamants du sang".

Président du Liberia de 1997 à 2003, il plaide non coupable de onze chefs d'accusation, notamment meurtres, viols et enrôlement d'enfants soldats durant le conflit en Sierra Leone voisine, qui a fait quelque 120.000 morts entre 1991 et 2001 et a été marqué par de nombreuses atrocités, tueries, viols et mutilations.

La top model assure ne "plus jamais" avoir revu M. Taylor après le dîner et ne pas lui avoir posé de questions. "Je reçois des cadeaux tout le temps, à toutes les heures de la nuit", a-t-elle témoigné. "C'est normal pour moi de recevoir des cadeaux".

Quant à la nature des pierres, "j'ai l'habitude de voir des diamants brillants et dans un écrin, vous savez", a asséné la reine des podiums. "Je n'aurais pas pu deviner tout de suite que c'était des diamants".

Première publication : 05/08/2010

  • SIERRA LEONE

    Charles Taylor sous le feu des questions des procureurs du TPI

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Naomi Campbell accepte de témoigner au procès de Charles Taylor

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)