Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • En direct : Laurent Fabius à la conférence des ambassadeurs

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

EUROPE

En Grande-Bretagne, les pélerins devront payer pour voir le pape

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/08/2010

Pour assister aux messes données par le pape Benoît XVI lors de sa visite en Grande-Bretagne à la mi-septembre, les pèlerins devront payer jusqu'à 30 euros. Le porte-parole du Vatican évoque une "simple contribution aux dépenses générales".

AFP - Les apparitions publiques du pape Benoît XVI au cours de son voyage en Grande-Bretagne du 16 au 19 septembre seront payantes : la plupart des pèlerins devront payer jusqu'à 30 euros pour assister aux messes, a confirmé l'Eglise catholique locale mercredi évoquant "une contribution suggérée".

La messe la plus coûteuse sera celle organisée le dimanche 19 septembre à Birmingham, dans le centre de l'Angleterre, au cours de laquelle sera béatifié le cardinal John Henry Newman, un protestant converti au catholicisme et décédé en 1890.

Les pèlerins devront s'acquitter de 25 livres (30 euros) afin notamment de couvrir les frais de voyage en bus et de location du site. Ils recevront le "balluchon du pèlerin", un petit sac comprenant les instructions pour se rendre à l'évènement, un CD commémoratif et une carte postale, a indiqué une porte-parole de l'Eglise catholique d'Angleterre et du pays de Galles à l'AFP.

Au total 70.000 billets seront proposés aux pèlerins, selon l'agence italienne Ansa.

Les pèlerins moins fortunés pourront se consoler avec la messe célébrée le 16 septembre à Glasgow, en Ecosse (nord), qui est proposée à 20 livres (24 euros).

Pour cette somme, ils auront le privilège d'entendre la chanteuse Susan Boyle, découverte par l'émission "Britain's got talent". Avec le billet, ils recevront un kit contenant notamment un CD sur le voyage papal et un livre de prières.

La contribution pour la veillée organisée à Hyde Park à Londres le 17 septembre, pendant laquelle le trio de curés The Priests (disque de platine) se produira en concert devant 130.000 personnes, a été abaissée à 5 livres, contre 10 livres (12 euros) annoncés initialement, mais ne comprend plus de carte de transport.

Pour le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, cité par le quotidien Il Corriere della Sera, il s'agit d'"une simple contribution aux dépenses générales". Avant de préciser: "Ceux qui ne pourront pas se le permettre en seront exemptés". Il n'indique pas toutefois de quelle manière les pèlerins désargentés pourront justifier de leurs finances mal en point.

Interrogé par l'AFP, le Vatican s'est refusé à tout commentaire.

Les diocèses de l'Eglise catholique d'Angleterre et du pays de Galles et ceux de l'Eglise d'Ecosse doivent apporter une contribution aux frais de voyages en car, a expliqué une porte-parole. "Chaque diocèse est libre de proposer un moyen pour contribuer aux fonds (...) la plupart ont décidé de demander une contribution aux pèlerins", a-t-elle précisé.

Le budget de la visite papale, qui selon la presse britannique devrait s'élever à environ 23 millions de livres (27,4 millions d'euros), fait polémique en Grande-Bretagne, où le gouvernement y consacrera 10 à 12 millions de livres (12 à 14,5 millions d'euros) en plus des frais de police et de sécurité.

Dans un pays qui compte 4,2 millions de catholiques sur 61 millions d'habitants, les fidèles écartés des célébrations pourront se consoler en achetant des souvenirs sur internet (www.thepapalvisit.org.uk): T-shirt à l'effigie du pape (22 euros), rosaire noir (18), bougie (3,6) ou encore tasse à café (12).

Première publication : 05/08/2010

  • RELIGION

    Le Vatican renforce ses règles contre la pédophilie

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Le pape exprime sa colère après des perquisitions au sein de l'Église belge

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'épineuse mission des "imams" dans les hôpitaux français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)