Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Moyen-orient

L’ex-bras droit de Saddam Hussein accuse Obama "d’abandonner l’Irak"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2010

Dans sa première interview depuis 2003, Tarek Aziz, l’un des hommes les plus puissants du régime irakien à l’époque de Saddam Hussein, affirme que le départ des troupes américaines va conduire le pays à sa perte.

Il était le bras droit de Saddam Hussein et le visage du régime irakien, en tant que chef de la diplomatie. Emprisonné depuis plus de 7 ans dans un établissemnt pénitencier du nord de Bagdad, il purge une peine de 15 ans.

Depuis sa cellule, Tarek Aziz a accusé le président américain Barack Obama "d'abandonner l'Irak à son sort", dans une interview au quotidien britannique "The Guardian". L'ancien vice-Premier ministre irakien s'exprimait pour la première fois depuis qu'il s'est rendu aux forces américaines en avril 2003.

"Le pays est détruit"

"Nous sommes tous victimes des Etats-Unis et du Royaume-Uni, déclare Tarek Aziz dans cet entretien. Ils ont tué notre pays de multiples façons. Quand vous faites une erreur, vous devez la réparer, et non abandonner l'Irak à son sort."

Il y a quelques jours, Barack Obama a confirmé que l'essentiel des troupes américaines auraient quitté l'Irak d'ici la fin du mois d'août alors que, près de cinq mois après les législatives du 7 mars, le pays n’a toujours pas de gouvernement.

"Pendant 30 ans, Saddam [Hussein] a construit l’Irak et maintenant le pays est détruit, affirme Tarek Aziz au "Guardian". Il y a plus de gens malades, plus de gens qui ont faim. Les services n’existent plus. Des dizaines, voire des centaines de gens sont tués chaque jour."

"J’étais optimiste quand Barack Obama a été élu président, parce que je pensais qu’il allait corriger certaines erreurs de [George W.] Bush, ajoute-t-il. Mais Obama est hypocrite. Il abandonne l’Irak aux loups.”

"Bush et Blair ont menti intentionnellement"

Tarek Aziz refuse de critiquer Saddam Hussein, dont il dit que "l’histoire montrera qu’il a servi son pays". Il assure toutefois qu’il a essayé de le persuader de ne pas envahir le Koweït en 1990, mais a dû, en tant que ministre des Affaires étrangères, se plier à la décision de la majorité.

Il affirme également avoir tenté de convaincre la communauté internationale que les craintes sur la présence d’armes secrètes en Irak, en 2003, étaient infondées.

"[George W.] Bush et [Tony] Blair ont menti intentionnellement, ils voulaient détruire l’Irak, accuse-t-il. Aujourd’hui l’Iran a un programme d’armement. Tout le monde le sait et personne ne fait rien, pourquoi ?"

Tarek Aziz a été inculpé pour crime contre l'humanité dans l'affaire du meurtre de dizaines de commerçants en 1992. Il a également été condamné pour son implication dans la déportation forcée de Kurdes dans le nord de l’Irak dans les années 1980.

Première publication : 06/08/2010

  • FORCES ARMÉES

    Les troupes de combat américaines quitteront l'Irak à la fin du mois d'août

    En savoir plus

  • IRAK

    Les forces américaines remettent Tarek Aziz aux autorités irakiennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)