Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

EUROPE

Londres et Islamabad veulent accroître leur coopération contre le terrorisme

Vidéo par Lise BARCELLINI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/08/2010

Le président pakistanais Asif Ali Zardari, en visite au Royaume-Uni, et le Premier ministre britannique David Cameron se sont mis d'accord pour intensifier leur coopération en matière de lutte contre le terrorisme.

AFP - Le Premier ministre britannique David Cameron et le président pakistanais Asif Ali Zardari ont convenu vendredi lors d'une rencontre au Royaume-Uni d'"intensifier" leur coopération en matière de lutte contre le terrorisme.

"Relations accrues et approfondies entre les deux pays"

"Parmi les défis que doivent affronter le Royaume-Uni et le Pakistan figurent la lutte contre le terrorisme et la violence extrémiste. Les deux leaders ont convenu que le terrorisme et l'extrémisme sont des problèmes à l'échelle mondiale et doivent être combattus en intensifiant la coopération au niveau mondial et régional", précise un communiqué commun diffusé à l'issue d'une rencontre à Chequers, résidence secondaire officielle du chef du gouvernement britannique située dans le sud-est de l'Angleterre.

Ils ont souligné l'actuelle "étroite coopération" de leurs polices et agences de sécurité respectives, estimant qu'une telle coopération "a besoin d'être et sera intensifiée".

A cette fin, la ministre britannique de l'Intérieur Theresa May se rendra "à l'automne" au Pakistan et M. Cameron a accepté une invitation de M. Zardari à se rendre "bientôt" au Pakistan, indique le communiqué, sans autre précision.

Le déplacement de M. Zardari au Royaume-Uni, qui a débuté mardi et doit s'achever ce week-end, a failli être annulé après des déclarations de David Cameron lors d'une visite en Inde, frère ennemi du Pakistan.

M. Cameron avait accusé le Pakistan d'exporter le terrorisme, propos qu'il a maintenus mardi. "Je ne (les) regrette pas du tout", a-t-il dit à la BBC.

Le deux dirigeants ont mis l'accent vendredi sur les "relations de longue date (entre Londres et Islamabad), basées sur des intérêts communs et un respect mutuel", affirmant leur engagement à "renforcer davantage les liens stratégiques et de coopération".

"C'est une amitié qui ne se brisera jamais, quoiqu'il arrive", a déclaré M. Zardari à la presse sur le perron du manoir, à l'issue de la rencontre qui a duré une heure. "Les orages vont et viennent, le Pakistan et le Royaume-Uni resteront côte-à-côte et affronteront toutes les difficultés dans la dignité", a-t-il poursuivi.

De son côté, M. Cameron a évoqué la "relation incassable" entre le Royaume-Uni et le Pakistan et souhaité l'amélioration de leur partenariat en matière d'échanges commerciaux, d'éducation "mais aussi dans le domaine absolument crucial de la lutte contre le terrorisme".

Downing street a indiqué que la rencontre avait été "très chaleureuse et constructive", marquée par une "excellente dynamique" entre les deux hommes qui ont notamment convenu de se retrouver pour des sommets annuels.

Première publication : 06/08/2010

  • Les enjeux de la visite du président Zardari

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Asif Ali Zardari, portrait d’un président sur la sellette

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    En visite en Inde, Cameron déclenche un tollé diplomatique avec le Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)