Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • Air Algérie a perdu le contact avec un avion parti de Ouagadoudou

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

Amériques

Juan Manuel Santos prend ses fonctions en pleine crise avec le Venezuela

Vidéo par Nay NAAYEM

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2010

Le président colombien élu, Juan Manuel Santos âgé de 49 ans, prendra ses fonctions ce samedi, en pleine crise diplomatique avec le Venezuela. Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères assistera cependant probablement à son investiture.

AFP - Le président élu colombien Juan Manuel Santos prend samedi ses fonctions en pleine crise diplomatique avec le Venezuela, pays ayant rompu ses relations avec Bogota après avoir été accusé d'abriter quelque 1.500 guérilleros des Farc.

A deux jours de l'investiture, le ministre colombie des Affaires étrangères Jaime Bermudez a assuré jeudi que la Colombie disposait de preuves supplémentaires de la présence de combattants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) au Venezuela.

"UNE CÉRÉMONIE TRÈS FRÉQUENTÉE"

Le 22 juillet, Caracas avait rompu ses relations diplomatiques avec Bogota, à la suite de la présentation par la Colombie à l'Organisation des Etats américains (OEA) de documents notamment photographiques attestant de cette présence.

Le président vénézuélien Hugo Chavez avait annoncé des déploiements de troupes à la frontière, estimant que son pays était "menacé", en raisons des intentions "guerrières" du président sortant Alvaro Uribe.

L'ex-ministre colombien de la Défense (2006-2009) et futur président, souvent qualifié aussi de "menace" pour la paix de la région par son homologue vénézuélien a pour sa part cherché à se défaire de son image de va-t-en guerre.

Juan Manuel Santos est resté à l'écart de la crise.

"Nous ferons tout (...) pour améliorer et renforcer les relations avec tous les pays de la région y compris le Venezuela", a déclaré son futur vice-président Angelino Garzon.

SANTOS FACE À LA PROBLÉMATIQUE DES FARC
M. Chavez a cependant annoncé qu'il n'assisterait pas à l'investiture de Juan Manuel Santos, estimant que le voyage serait "risqué", le chef de l'Etat sortant Alvaro Uribe étant selon lui "capable de n'importe quoi" avant de quitter le pouvoir.

A la différence de Chavez, le président équatorien Rafael Correa, dont le pays avait rompu ses relations avec la Colombie pendant vingt mois après l'attaque ordonnée par M. Santos d'un campement des Farc en Equateur en 2008, sera présent, "sans oublier" le passé.

"Jamais nous n'oublierons ce qui est arrivé (...) et le fait que M. Santos, président élu de Colombie, fut ministre de la Défense, qu'il a ordonné l'opération et qu'il s'en est même félicité", a déclaré M. Correa, en soulignant cependant qu'il souhaitait être "tourné vers l'avenir".

La cérémonie à laquelle devaient assister 3.000 invités samedi à partir de 15h00 (20h00 GMT) place Bolivar à Bogota, sera entourée de fortes mesures de sécurité.

Quelque 27.000 militaires et policiers ont été déployés dans cette ville de sept millions d'habitants.

La capitale garde en mémoire les attentats ayant marqué la prise de fonctions en 2002 d'Alvaro Uribe, plusieurs attaques menées avec des engins artisanaux qui avaient fait 18 morts.

La poursuite de la lutte contre la guérilla, qui compte encore 7.500 à 10.000 combattants, selon les estimations, fut l'un des principaux engagements de campagne de Juan Manuel Santos.

Le chômage et la lutte contre la corruption, premières préoccupations des Colombiens, arrivent aussi en tête des priorités.

Mercredi, le futur président a fait savoir que ses ministres s'étaient engagés par écrit contre la "corruption", les "cadeaux", "le trafic d'influence et les délits d'initiés".


Première publication : 07/08/2010

  • COLOMBIE

    "Le réel point fort de Santos est son expérience internationale"

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Pour qui et pour quoi votent les Colombiens ?

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Au moins sept policiers tués en marge du second tour de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)