Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Arrestation de l'imam radical Abou Bakar Bachir

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/08/2010

Accusé d'entretenir des liens avec des camps d'entraînement d'activistes islamistes, l'imam radical Abou Bakar Bachir, chef de la Jema'ah Ansharut Tauhid (JAT), a été arrêté par les autorités indonésiennes ce lundi.

REUTERS - La police antiterroriste indonésienne a arrêté lundi l'imam radical Abu Bakar Bachir sur l'île de Java en raison de ses liens présumés avec des camps d'entraînement d'activistes islamistes, a déclaré un responsable gouvernemental.

La police dispose d'éléments solides faisant état de liens entre Bachir et des camps dans la province d'Aceh, dans l'extrême ouest de l'archipel, où ont été formentées des attaques contre le  président Susilo Bambang Yudhoyonoet d'autres responsables indonésiens, a dit à Reuters Ansyaad Mbai, chef du bureau antiterroriste du gouvernement.

Abu Bakar Bachir est le chef du groupe islamiste radical Jema'ah Ansharut Tauhid (JAT) et a cofondé l'internat islamique de Ngruki, à Solo, connu pour avoir hébergé plusieurs membres de la Jemaah Islamiah, une organisation tenue responsable d'une série d'attentats entre 2002 et 2005.

L'International Crisis Group, une organisation basée à Bruxelles, rapportait le mois dernier que certains membres de JAT étaient impliqués dans de violents complots déjoués par la police.

JAT "est une organisation de masse mais qui dépend entièrement de Bachir, sans lui, elle pourrait rapidement se désintégrer", a indiqué ICG dans un rapport.
 

Première publication : 09/08/2010

COMMENTAIRE(S)