Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Hezbollah diffuse des "images israéliennes" du site du meurtre de Hariri

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2010

Hassan Nasrallah a affirmé lundi ne pas détenir de preuves "concluantes" sur une implication d'Israël dans l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, mais que ces "données" pouvaient servir à découvrir la vérité sur ce meurtre.

AFP - Le Hezbollah libanais a diffusé lundi ce qu'il a présenté comme des images de reconnaissance israéliennes du site de l'assassinat de Rafic Hariri, prises avant le drame, tout en disant ne pas détenir de "preuves concluantes" mettant en cause Israël.

Ces images ont été diffusées lors d'un discours du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui s'exprimait par vidéoconférence devant des journalistes et des hommes politiques réunis dans un complexe appartenant au parti chiite dans la banlieue sud de Beyrouth.

Cheikh Nasrallah a précisé qu'elles avaient été prises par un avion de reconnaissance de type MK et "interceptées" par son mouvement.

"Quand on prend ce genre d'images, c'est généralement une introduction pour l'exécution d'une opération", a-t-il estimé.

Les images montrent les routes proches du Parlement au centre-ville de Beyrouth, de la résidence de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri ainsi que celle longeant le front de mer, près duquel de dernier avait été assassiné en 2005. Elles ne sont pas datées et ne présentent pas une marque israélienne claire.

Cheikh Nasrallah a dit ne pas détenir de preuves "concluantes" sur une implication d'Israël dans cet assassinat, mais que ces "données" pouvaient servir à parvenir à la vérité sur ce meurtre.

Le 3 août, cheikh Nasrallah avait accusé Israël explicitement pour la première fois d'avoir assassiné Rafic Hariri, promettant de dévoiler "des éléments" qui vont dans ce sens.

Rafic Hariri, ancien Premier ministre devenu opposant à l'hégémonie de Damas au Liban, a été tué avec 22 autres personnes dans un attentat à la camionnette piégée à Beyrouth le 14 février 2005.

Le 22 juillet, cheikh Nasrallah avait annoncé qu'il s'attendait à ce que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), créé en 2007 par l'ONU, accuse des membres de son parti d'implication dans le meurtre de Hariri.

Le TSL doit publier l'acte d'accusation entre "septembre et décembre", selon son président Antonio Cassese.

Première publication : 09/08/2010

  • DIPLOMATIE

    Bachar al-Assad et le roi Abdallah prônent l'apaisement au Liban

    En savoir plus

  • LIBAN

    Nasrallah affirme que des membres du Hezbollah vont être accusés du meurtre de Rafic Hariri

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le Liban peine à affronter son passé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)