Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Amériques

Santos et Chavez se rencontreront mardi en tête-à-tête à Bogota

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/08/2010

Signe d'une détente entre Bogota et Caracas : quelques heures à peine après son investiture à la présidence de la Colombie, Juan Manuel Santos a annoncé la tenue mardi d'un sommet avec son homologue vénézuélien Hugo Chavez.

AFP - L'arrivée au pouvoir samedi de Juan Manuel Santos en Colombie a entraîné une détente immédiate des relations avec ses deux voisins vénézuélien et équatorien, allant jusqu'à l'organisation d'un sommet mardi en Colombie avec le chef d'Etat vénézuélien Hugo Chavez.

"Nous aurons une réunion mardi en Colombie dans un lieu que nous allons choisir de

commun accord", a annoncé Juan Manuel Santos.

"Aujourd'hui je vais m'endormir heureux", a réagi Hugo Chavez: "Nous allons amorcer une nouvelle relation pour le bien des deux pays", a-t-il ajouté.

Nicolas Maduro, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, avait pris part samedi à Bogota à la cérémonie d'investiture de M. Santos, qui avait dans son discours souhaité un "dialogue direct" avec Caracas.

La rencontre, dimanche à Bogota, entre M. Maduro et son homologue colombienne Maria Angela Holguin avait marqué le premier pas vers un rétablissement des relations entre les deux pays, extrêmement tendues depuis la fin juillet.

Le Venezuela avait rompu le 22 juillet ses relations diplomatiques avec la Colombie après que Bogota l'eût accusé devant l'Organisation des Etats américains (OEA) d'abriter quelque 1.500 combattants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes).

Hugo Chavez avait jugé ces accusations mensongères, y voyant la manifestation des intentions "guerrières" du président sortant Uribe, et avait ordonné le déploiement de troupes à la frontière.

Juan Manuel Santos avait pour sa part fait des gestes en direction du Venezuela, où, en tant qu'ancien ministre de la Défense (2006-2009) il a été à plus d'une reprise qualifié de menace pour la paix régionale.

Il a notamment nommé une ancienne ambassadrice au Venezuela appréciée dans ce pays, comme ministre des Affaires étrangères.

Il est surtout resté à l'écart de la crise qui a pris une tournure presque personnelle entre M. Chavez et le président sortant Alvaro Uribe.

Hugo Chavez a également fait un pas, demandant dimanche à la guérilla colombienne de renoncer aux enlèvements et estimant que le recours aux armes n'avait plus de raison d'être.

"Tout comme on propose au gouvernement colombien de rechercher la voie de la paix, il faut aussi lancer un appel (...) en direction de la guérilla", a souligné le président vénézuélien.

Les relations entre la Colombie et le Venezuela, souvent en dents de scie en raison de différences idéologiques - Bogota a longtemps été le principal allié des Etats-Unis dans la région -, se sont davantage tendues à partir de l'annonce en juillet 2009 de la conclusion d'un accord entre Washington et Bogota devant permettre à l'armée américaine de faire usage d'au moins sept bases en Colombie, qu'Hugo Chavez avait jugé menaçant.

Ce dernier avait décrété le gel des importations en provenance de Colombie, qui ont chuté de 70% depuis le début de l'année.

Mais les deux pays ont intérêt à s'entendre, tant leurs économies sont liées. Le Venezuela est en outre en récession et souffre d'une forte inflation (16,3% depuis le début de l'année). La Colombie, pour sa part, estime que le manque à gagner sur ses exportations pourrait lui coûter au moins 0,5% de son PIB cette année.

Juan Manuel Santos s'est aussi rapproché, depuis samedi, de l'allié d'Hugo Chavez, Rafael Correa, le président socialiste équatorien.

Pour faire oublier qu'il a été l'homme ayant ordonné, en tant que ministre de la Défense, l'attaque d'un campement des Farc en Equateur le 1er mars 2008, M. Santos a remis à son homologue équatorien le contenu des ordinateurs de Raul Reyes, numéro deux des Farc tué dans cette attaque.

Ce geste, que Quito exigeait depuis longtemps, devrait ouvrir la voie à la pleine normalisation des relations entre les deux pays, rétablies au niveau des chargés d'affaires en novembre 2009.
 

Première publication : 09/08/2010

  • COLOMBIE

    "Le réel point fort de Santos est son expérience internationale"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le Venezuela d'Hugo Chavez rompt ses relations diplomatiques avec la Colombie

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Bogota accuse Caracas d'abriter des dirigeants des Farc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)