Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Quelle gauche ?"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales: un humour déplacé ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

Afrique

La police togolaise tente d'empêcher une réunion de l'opposition

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2010

La police est intervenue, mardi, pour entraver la tenue d'une réunion de l'opposition à Lomé, en utilisant des gaz lacrymogènes. La faction de l'Union des forces de changement, non reconnue par le gouvernement, affirme qu'il y a des blessés.

AFP - La police togolaise a fait usage mardi de gaz lacrymogènes pour empêcher la tenue d'un congrès de l'opposition à Lomé et fait plusieurs blessés, selon cette dernière.

La police n'a pas indiqué s'il y avait eu des blessés. Le gouvernement togolais ne reconnaît pas la faction de l'opposition dispersée par la police.

Deux factions de l'Union des forces de changement (UFC), profondément divisé depuis des mois à cause de l'entrée au gouvernement le 28 mai de certains de ses membres, avaient chacun annoncé lundi la tenue cette semaine d'un congrès.

La faction non reconnue par le gouvernement est celle dirigée par Jean-Pierre Fabre, secrétaire général et candidat malhereux de la formation lors de la présidentielle de mars. Celle reconnue est dirigée par Gilchrist Olympio, le président du parti.

Première publication : 10/08/2010

COMMENTAIRE(S)