Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

FRANCE

Les "salles de shoot" divisent la classe politique française

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/08/2010

Malgré le refus de Matignon d'expérimenter les salles de consommation de drogue pour les toxicomanes, le président du Sénat, Gérard Larcher (UMP), a proposé la création d'une mission parlementaire à ce sujet.

Autorisées dans huit pays, pour la plupart européens, les salles de consommation de drogue sous contrôle médical sont l’objet d’un vif débat en France.

Le Premier ministre, François Fillon, a rejeté, mercredi, la proposition avancée depuis plusieurs semaines par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, d’expérimenter ces "salles de shoot". "La mise en place de ces centres de consommation de drogue n'est ni utile ni souhaitable en France", a déclaré le chef du gouvernement dans un communiqué.

Ce jeudi, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, lui a emboîté le pas en ajoutant que, selon lui, cela "pouvait favoriser le deal de proximité" et que "quelque part, c’était la porte ouverte à la dépénalisation de certaines drogues".

Preuve que le débat est loin d’être clos, ce jeudi, le président du Sénat, Gérard Larcher (UMP, au pouvoir), s’est prononcé en faveur de la création d'une mission parlementaire à ce sujet.

L'opposition gronde

Au Parti socialiste (PS), on regrette "cette fin de non-recevoir" du Premier ministre. Dans un communiqué, l’apparenté PS Jean-Luc Romero a déploré une position "populiste, inefficace et dangereuse pour la santé et la sécurité publique".

Du côté des nombreux acteurs de terrain qui militent depuis des années pour ce genre de dispositif, la colère gronde aussi. "Alors que les données scientifiques montrent tout l’intérêt de ces centres, y compris pour des objectifs poursuivis par le gouvernement, il est totalement obscurantiste et irrationnel de dire qu’ils sont inutiles", regrette Act Up, une association de lutte contre le sida.

Au Luxembourg, "un certain impact sur la mortalité des toxicomanes"

La France compte aujourd'hui plusieurs centres d’accueil avec du matériel d’injection stérilisé, mais il est strictement interdit de consommer de la drogue sur place. Dans les "salles de shoot" en Suisse ou au Luxembourg, les toxicomanes, encadrés par des professionnels de santé et des travailleurs sociaux, consomment dans de bonnes conditions d'hygiène, tout en préservant la tranquillité et la sécurité des habitants du quartier d'implantation.

Au Luxembourg, un tel centre fonctionne depuis 2005. "L’objectif est de sauver des vies, et on a pu mesurer un certain impact sur la mortalité des toxicomanes", a déclaré à FRANCE 24 le ministre de la Santé en charge des problèmes de drogue, Alain Origier. Si bien que les autorités ont décidé d'ouvrir une deuxième "salle de shoot" dans le sud du duché.

"Depuis 2005, il y a eu 300 overdoses dans nos centres de toxicomanes qui auraient probablement trouvé la mort s’ils n’avaient pas été encadrés. Surtout, ces lieux permettent aux consommateurs de drogue de trouver de l’aide auprès des travailleurs sociaux pour s’en sortir", ajoute le ministre luxembourgeois.

Plusieurs pays comme l’Allemagne, la Suisse ou les Pays-Bas ont également créé ce genre de centres.
 

Première publication : 12/08/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)