Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue, le PDG entendu sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat...les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

FRANCE

Paris poursuit l'évacuation des camps de Roms malgré les critiques de l'ONU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/08/2010

Un nouveau camp de Roms a été évacué en région parisienne, ce jeudi, portant à 40 le nombre de ceux qui ont été fermés depuis deux semaines. L’ONU dénonce une recrudescence du racisme en France.

Au moment même où la France essuyait de sévères critiques de la part du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale de l'ONU (CERD), une centaine de policiers faisaient évacuer un camp de Roms en banlieue parisienne.

"Roms", "Tsiganes" ou "gens du voyage" ?

"Gens du voyage" est l'appellation administrative, établie à la fin des années 1970, qui désigne les communautés nomades de France, ceux "dont la profession et les occupations nécessitent un déplacement continuel en caravane pendant la majeure partie de l'année". Ils possèdent la nationalité française.

Les "Roms" ou "Tsiganes", sont, à l'origine, un peuple nomade venu d'Inde, aujourd'hui très majoritairement sédentarisé. En France, le terme "Roms" désigne des nomades d'origine essentiellement roumaine ou bulgare. Ils bénéficient de la liberté de circulation mais n'entrent pas dans la catégorie juridique française des "gens du voyage".

Les Roms sont appelés différemment selon les zones géographiques. On parle de "gitans" en Camargue, dans le sud de la France, comme en Espagne. En Italie ou dans les pays germanophones, en revanche, on parle de "manouches".

Quelque 76 personnes, dont une vingtaine d’enfants, ont été sommées de plier bagage. Elles étaient installées depuis près de quatre mois sous un pont de l’autoroute A86 situé sur la commune francilienne de Choisy-le-Roi. Le camp n’était pas alimenté en eau courante. Le tribunal de grande instance de Créteil a ordonné l'expulsion de ses habitants le 5 août.

L’évacuation s’est déroulée dans le calme. Les personnes en situation irrégulière se sont fait notifier une obligation de quitter le territoire dans un délai d’un mois. "Neuf adultes ont accepté l’aide au retour volontaire proposée par les représentants de l’OFII [Office français de l’immigration et de l’intégration, ndlr]", a indiqué la préfecture du Val-de-Marne dans un communiqué.

Membre de l’association Rom Europe, Michel Fèvre a indiqué qu’aucune solution de relogement n’avait été proposée aux gens du voyage évacués. "C’est un vrai scandale, il y a un risque d’orage et certains enfants ne sont âgés que de quelques mois", a-t-il déclaré à l’AFP.

"Recrudescence du racisme"


Réuni mercredi et jeudi à Genève, le CERD a dénoncé une "recrudescence notable du racisme et de la xénophobie" et le durcissement du discours politique en France. Les experts ont notamment condamné les mesures prises contre les gens du voyage et les Roms. Dans l'Hexagone, le Parti socialiste a dénoncé "les manigances estivales d'une bande sans scrupule prête à instrumentaliser toutes les haines pour de basses raisons électoralistes". C’est un discours du chef de l’État français qui a provoqué l’ire de l’ONU. Le 28 juillet, Nicolas Sarkozy a annoncé une série de sévères mesures contre "certains" Roms et gens du voyage. De son côté, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, s’est donné trois mois pour évacuer les quelque 300 camps illégaux répartis sur toute la France et expulser les membres de cette communauté qui se sont rendus coupables "d’atteintes aux biens ou de fraudes".

Julie Gromellon, représentante permanente de la FIDH auprès de l'Onu
Une dizaine de jours auparavant, la commune de Saint-Aignan, dans le département du Loir-et-Cher, avait été mise à sac par une cinquantaine de gens du voyage à la suite du décès d’un jeune gitan lors d’une course poursuite avec la police.

Pour l’heure, une quarantaine de ces camps a été évacuée en deux semaines, selon Brice Hortefeux. Environ 700 personnes devraient être reconduites vers leurs pays d’origine, la Roumanie ou la Bulgarie.

Le ministre de l’Intérieur doit rencontrer la semaine prochaine deux membres du gouvernement roumain, le secrétaire d’État à l’Ordre et à la Sécurité publique et le secrétaire d’État à la Réinsertion. "Je leur rappellerai la nécessité […] de renforcer la coopération entre nos deux pays", a-t-il déclaré. celui-ci envisage également de faire venir rapidement des policiers roumains pour "épauler les gendarmes et policiers français".
 

Première publication : 12/08/2010

  • FRANCE

    Plus de 40 camps de Roms ont été démantelés en quinze jours, selon Brice Hortefeux

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Roms évacués d'un camp à Saint-Étienne ont un mois pour quitter la France

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hortefeux durcit le ton et promet le démantèlement des camps illicites de Roms

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)