Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

FRANCE

Malpolis, les taxis parisiens ?

Texte par Olivier BROCHAND

Dernière modification : 12/08/2010

Une étude comparant la qualité des taxis dans différentes villes du globe estime que les chauffeurs parisiens sont les moins agréables. Un classement qui ne laisse pas indifférent dans la ville la plus touristique du monde.

                                                                                                                      

Top 10 des villes possédant les meilleurs taxis
Rang Ville Pourcentage de votes pour le top 10
1 Londres 56%
2 New York 28%
3 Tokyo 27%
4 Berlin 17%
5 Bangkok 14%
6 Madrid 14%
7 Copenhague 11%
8 Dublin 11%
9 Francfort 10%
10 Paris 10%

 

On pouvait s'en douter mais c'est aujourd'hui confirmé : les taxis parisiens sont loin d'être les plus chaleureux du monde. À en croire un sondage réalisé par le site internet Hôtels.com*, seuls 10 % des usagers interrogés sont satisfaits du service assuré par les chauffeurs de la capitale française. Ce qui les place en dernière position du top 10 établi à l'issue de l'enquête, loin derrière leurs homologues londoniens (56 %), qui, pour la troisième année consécutive, figurent au premier rang du classement.

Si, selon les critères retenus pour les besoins de l'étude, les taxis parisens "restent propres et que les trajets se passent bien", force est de constater que leur comportement ne remporte pas la majorité des suffrages. Dans la catégorie "amabilité", ils sont sans conteste considérés comme les pires au monde ! 

"De bons et de mauvais chauffeurs"

Pour les principaux représentants de la profession, ces chiffres ne reflètent pas la réalité. Claude Vallet, président de la Fédération nationale des taxis, interrogé par France24.com, fustige une étude qui porte une "accusation injustifiée sur le métier".

Une analyse que modère Pierre-Yves, un usager parisien de 67 ans : si certains taxis sont "très gentils et n’hésitent pas à parler", d’autres "refusent de prendre en charge le client si la destination ne leur convient pas", déclare-t-il.

Plusieurs chauffeurs d'ailleurs pointent volontiers du doigt l’indélicatesse de certains de leurs collègues, "surtout dans les aéroports", où plus de 60 % des voyageurs prennent le taxi à la descente de l’avion.

D'autres, à l’instar de Jean-Paul, chauffeur de taxi de 53 ans, préfèrent défendre leur corps de métier. "Le client n’est pas facile à gérer, résume-t-il. Cela dépend de son humeur." Une opinion partagée par les usagers. "Si je prends le taxi tôt le matin, je préfère que le chauffeur ne fasse pas de bruit", déclare Pierre-Yves.

Chez les clients non francophones, la difficulté à communiquer reste le principal obstacle : "Presque aucun taxi ne parle anglais", se lamente Caroline, une Américaine de 30 ans, qui affirme cependant ne jamais avoir "eu de problème en particulier". "Si vous êtes agréable avec eux, ils le seront avec vous", conclut-elle.

 

*Étude réalisée au mois de mai 2010 auprès de 1 900 usagers de taxis dans le monde.
 

Première publication : 12/08/2010

COMMENTAIRE(S)