Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

Afrique

Les journalistes togolais réagissent à la vidéo polémique du militaire français

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2010

La vidéo de l'altercation entre un militaire français et un reporter togolais a suscité nombre de réactions sur le Web. Mais selon des journalistes locaux, l'événement ne reflète pas réellement le comportement des troupes françaises au Togo.

La vidéo a été vue près de 225 000 fois en deux jours. Dans une ruelle de la capitale togolaise, Lomé, un coopérant militaire français menace un journaliste togolais venu couvrir, mardi 10 août, des heurts entre membres de l’opposition togolaise et les forces de l’ordre du pays. L’objet de la dispute : un cliché que le journaliste refuse d’effacer et sur lequel apparaît le militaire. Le ton de l’altercation est nauséabond : le Français tutoie le journaliste, les menaces pleuvent… 

Sur le Web français, les réactions n’ont pas tardé. "Françafrique", "comportement digne de l’ère colonialiste"… Embarrassés, le Quai d'Orsay et le ministère de la Défense ont "condamné fermement les propos tenus par le lieutenant-colonel Romuald Létondot" et affirmé que de telles attitudes n’étaient pas tolérées dans les rangs français. Sur place, les journalistes confirment : les coopérants français sont d'ordinaire "discrets".

"Insultant pour les autres Français en uniforme"

Didier Ledoux, le journaliste pris à parti par le militaire, a été le premier surpris par le ton de l’altercation. "Ce n’est vraiment pas habituel avec les militaires français, explique le journaliste à France24.com. Je considère d’ailleurs que ce qu’a fait cet homme est aussi insultant pour les autres Français en uniforme dans le pays."

Un étonnement que partage Emmanuel Sodji, correspondante de FRANCE 24 au Togo. "Je crois qu’il s’agit d’un comportement anecdotique qui a pris des proportions énormes parce que la scène a été filmée", déclare-t-elle.

L'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF),  basée à Paris, affirme n’avoir jamais eu vent de tels comportements, jusqu’à cette altercation. "Il s’agit de quelqu’un qui a perdu son sang froid, il faut à mon avis s’en tenir à ça, déclare Gilles Lordet, directeur des opérations de RSF. Le Togo n’est d’ailleurs pas un pays dans lequel nous traitons beaucoup d’affaires."

Excuses du militaire

Le lieutenant-colonel s’est excusé auprès de Didier Ledoux, jeudi, dans les locaux de l’ambassade de France à Lomé. "J'ai été victime d'un jet de pierre d'opposant, parce que j'étais dans ma voiture de fonction. Je montrais les faits [la voiture abîmée] à un gendarme togolais quand je me suis rendu compte que j'étais pris en photo, et que cette photo pouvait être mal interprétée […] Je me suis emporté, le but était d'empêcher une photo volée", a-t-il expliqué à l’AFP.

Le journaliste a accepté les excuses. "Pour autant, cela ne va pas endiguer la violence des forces de l’ordre togolaises à l’égard des journalistes, regrette-t-il. Je n’avais jusqu’à présent jamais eu de problème avec les soldats français, mais on est confrontés quotidiennement à ce genre de situation avec la police togolaise. Je me sens en danger à chaque fois que j’aborde un sujet sensible", affirme encore le journaliste.

Pour Emmanuelle Sodji, la situation s’est considérablement améliorée. "Même si les policiers sont parfois durs avec les journalistes, il y a eu beaucoup de progrès ces deux dernières années, depuis que les militaires français forment les forces togolaises". Avant, raconte-t-elle, il fallait passer la frontière pour pouvoir monter et diffuser des sujets. "Quand je vois de là où on vient, je me dis que c’est quand même plus cool maintenant. Même si ce n’est pas encore parfait, loin de là."

Première publication : 12/08/2010

COMMENTAIRE(S)