Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Sommet de la francophonie : la langue française a-t-elle encore un avenir ?

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la communauté noire appelée au boycott du «Black Friday»

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande est-il Vert ?"

En savoir plus

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

FRANCE

Net rebond de la croissance française au deuxième trimestre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2010

La ministre française de l'Économie s'est félicité d'une croissance au deuxième trimestre trois fois plus forte qu'au premier. De son côté, l'Allemagne enregistre une croissance de 2,2 %, une performance sans précédent depuis 23 ans.

AFP - L'économie française a enregistré une croissance de 0,6% au deuxième trimestre 2010, soit un net rebond par rapport au premier, qui conforte le gouvernement dans sa prévision de croissance cette année et ne lui fait pas réviser pour l'instant celle de l'an prochain.

Le produit intérieur brut (PIB) de la France a crû de 0,6% au deuxième trimestre, a annoncé l'Insee vendredi. Celui de l'Allemagne a dans le même temps bondi de 2,2%, soit la plus forte croissance depuis la Réunification.

"+0,6%, c'est (...) trois fois mieux qu'au premier trimestre", s'est réjouie la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, sur Europe 1, avant même la publication officielle des chiffres.

L'Insee a en effet légèrement révisé la croissance du premier trimestre à 0,2%, contre 0,1% annoncé auparavant.

"D'une part, nous avons un redressement au niveau de la consommation des ménages et puis surtout (...) la reprise de l'investissement des entreprises", a expliqué Mme Lagarde.

"Les entreprises recommencent à investir et regarnissent leurs stocks, recréent progressivement des emplois, ce qui est favorable aux revenus et à la consommation des ménages", a-t-elle détaillé, parlant d'un "cercle vertueux".

La France a en effet créé 35.000 emplois au deuxième trimestre après +23.900 au premier. "On a toujours un peu de destruction d'emplois industriels", a toutefois nuancé la ministre.

Sur la période, l'investissement est reparti à la hausse après huit trimestres consécutifs de contraction, davantage pour les entreprises que pour les ménages, a précisé l'Insee.

Les dépenses de consommation des ménages ont, elles, augmenté à nouveau (+0,4%) après avoir stagné au premier trimestre.

En revanche, le commerce extérieur a pesé sur sur la croissance, l'amputant de 0,4 point, après l'avoir soutenue le trimestre précédent (+0,5 point).

Surtout, les entreprises ont eu moins tendance à "déstocker" (écouler leurs stocks) qu'au premier trimestre, ce qui s'est traduit par une contribution positive de 0,6 point à la croissance.

Conséquence, Christine Lagarde s'est dite "convaincue" que la France tiendrait en 2010 sa prévision d'une croissance de 1,4%.

Même si la France n'enregistrait que 0,2% de croissance par trimestre aux 3e et 4e trimestres, cette prévision se réaliserait, a-t-elle précisé.

Quant à la prévision de croissance française pour 2011 de 2,5%, jugée trop optimiste par de nombreux économistes et institutions internationales, ce n'est "pas l'actualité du jour", a dit Mme Lagarde, précisant qu'une révision éventuelle pourrait se faire dans le cadre de la préparation du budget 2011.
 

Première publication : 13/08/2010

COMMENTAIRE(S)