Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les travaux d'Hercule"

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-orient

Le Hezbollah va transmettre aux autorités ses "preuves" de l'implication d'Israël dans l'assassinat d'Hariri

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2010

Le Parti de Dieu va remettre au gouvernement libanais les données présentées lundi par son chef, Hassan Nasrallah, comme des preuves de l'implication de l'État hébreu dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, en février 2005.

AFP - Le Hezbollah a indiqué vendredi qu'il remettrait aux autorités libanaises les données susceptibles selon lui d'impliquer Israël dans l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, deux jours après une demande du Tribunal spécial pour le Liban.

"Tout ce que demande une juridiction du Liban, nous lui fournirons, et ce qu'ils en feront relève de leur responsabilité", a déclaré à l'AFP Mohammad Fneich, ministre d'Etat pour la Réforme administrative, représentant du mouvement chiite dans le gouvernement d'union nationale.

"Notre position n'a toutefois pas changé: nos preuves sont dans les mains du gouvernement libanais (...) mais cela ne modifie pas notre point de vue sur le tribunal: il n'a aucune crédibilité", a ajouté M. Fneich.

Il faisait référence au Tribunal spécial pour le Liban, créé en 2007 par une résolution du

Conseil de sécurité des Nations unies et chargé de l'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri.

Le procureur du TSL a demandé mercredi au Liban de lui soumettre les informations présentées lundi par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

A l'occasion d'un discours du chef du Hezbollah, le mouvement chiite a diffusé ce qu'il a présenté comme des images de reconnaissance israéliennes du site de l'assassinat de Hariri, prises avant le drame et "interceptées" par le mouvement.

"Dans le cadre de l’exécution de son mandat, le Bureau du Procureur a demandé aux autorités libanaises de lui transmettre toutes les informations en la possession du secrétaire général M. Hassan Nasrallah", a indiqué dans un communiqué le bureau du procureur du TSL, Daniel Bellemare.

Le bureau du procureur a invité également le chef du Hezbollah "à user de son autorité pour faciliter l’enquête".

Le 3 août, M. Nasrallah avait accusé Israël explicitement pour la première fois de l'assassinat de Hariri, commis le 14 février 2005 à Beyrouth.

La Syrie, une alliée du Hezbollah qui avait été montrée du doigt dans l'assassinat, a démenti toute implication. Les deux premiers rapports de la commission d'enquête de l'ONU avaient conclu à des "preuves convergentes" mettant en cause les renseignements syriens et libanais.
 

Première publication : 13/08/2010

  • LIBAN

    Le Hezbollah diffuse des "images israéliennes" du site du meurtre de Hariri

    En savoir plus

  • LIBAN

    Nasrallah doit dévoiler des "preuves" de l'implication d'Israël dans l'assassinat de Hariri

    En savoir plus

  • LIBAN

    Nasrallah affirme que des membres du Hezbollah vont être accusés du meurtre de Rafic Hariri

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)