Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le PDCI, allié de Ouattara, rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Humberto de la Calle : "Changer l'accord de paix avec les Farc serait une erreur historique monumentale"

En savoir plus

FRANCE

L'officier français qui avait menacé un journaliste togolais écope de dix jours d'arrêts

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2010

Romuald Letondot, l'officier français qui avait apostrophé un journaliste togolais mardi dernier, a été rappelé à Paris. Une sanction disciplinaire de dix jours d'arrêts pour "atteinte au renom de l'armée française" lui a été infligée.

AFP - L'officier français qui avait invectivé mardi un photographe de presse togolais est "rappelé immédiatement" à Paris et se voit infliger une sanction disciplinaire de dix jours d'arrêts, a annoncé vendredi le ministère des Affaires étrangères.

"Une sanction disciplinaire de dix jours d'arrêts a été notifiée hier au lieutenant-colonel Romuald Letondot, pour atteinte au renom de l'armée française", a déclaré la porte-parole adjointe du ministère des Affaires étrangères, Christine Fages, lors d'un point-presse.

Il "est en outre rappelé immédiatement à Paris", a-t-elle ajouté.

Selon le Code français de la défense, un militaire sanctionné de jours d'arrêts effectue son service dans les conditions normales mais il lui est interdit, en dehors du service, de quitter sa formation ou le lieu désigné par l'autorité militaire dont il relève.

Les ministères des Affaires étrangères et de la Défense avaient condamné jeudi l'attitude de ce coopérant militaire français, qui avait vivement apostrophé un photographe de presse à l'issue d'une manifestation mardi à Lomé.

L'officier français, dont le mandat s'achevait dans quelques semaines, avait ensuite vu le photographe togolais à l'ambassade de France en présence du chargé d'affaires et lui avait présenté ses excuses.

Mais l'échange musclé entre l'officier et le photographe a été largement diffusé sur internet. Sur la vidéo, on voit le militaire s'emporter et lancer: "Je m'en fous que tu sois de la presse, tu enlèves ta photo s'il te plaît, sinon c'est moi qui le prend (l'appareil photo)".

"Tu veux qu'on mette un coup sur l'appareil ou quoi?", poursuit l'officier supérieur alors que le journaliste est légèrement malmené par deux gendarmes togolais en treillis dont l'un arbore une matraque.

"Tu sais qui je suis? Je suis le conseiller du chef d'état-major de l'armée de terre", ajoute-t-il, avant de menacer de faire appel au Régiment des commandos de la garde présidentielle "pour foutre un peu d'ordre là-dedans".

 

Première publication : 13/08/2010

COMMENTAIRE(S)