Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le général Petraeus n'exclut pas un report du retrait américain prévu pour juillet 2011

Vidéo par Nay NAAYEM

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2010

Dans une interview à la chaîne américaine NBC, le commandant en chef des forces internationales a indiqué que la date du retrait des troupes américaines déployées en Afghanistan - prévu pour 2011 - n'était pas gravée dans le marbre.

AFP - Le commandant des forces américaines et internationales en Afghanistan David Petraeus se réserve le droit de dire à Barack Obama qu'un retrait du pays à partir de juillet 2011, comme prévu par le président américain, serait prématuré, selon une interview diffusée dimanche.

Interrogé par la chaîne NBC pour savoir s'il pourrait juger que le processus de retrait ne peut pas débuter à cette date, le général a dit: "certainement, oui".

"C'est une forme de désaveux pour Barack Obama"

Observant qu'il "ne considérait pas (cette date comme) contraignante", le général a ajouté que, lors de ses entretiens début juillet avec le président Obama, celui-ci lui avait "clairement indiqué que ce qu'il attend de moi, ce sont mes meilleurs conseils militaires".

"Nous avons eu une bonne discussion sur cela et je pense que le président a été très clair en expliquant qu'il s'agissait d'un processus, pas d'un événement, et que cela dépendra des conditions" sur le terrain, a poursuivi le haut gradé.

M. Obama a été vivement critiqué par les républicains pour avoir fixé une date au début de retrait américain qui selon eux ne peut que conforter l'ennemi.

Prenant la défense de M. Obama, le général Petraeus a expliqué que le président avait avancé cette date pour donner "un sens d'une urgence accrue" en Afghanistan.

En décembre 2009, M. Obama avait annoncé sa nouvelle stratégie militaire dans ce pays, avec l'envoi de 30.000 troupes américaines supplémentaires pour porter leur total à près de 100.000, afin de tenter de briser l'élan des talibans. Il avait alors avancé cette date de juillet 2011 pour le début du retrait.

Les remarques du général Petraeus interviennent au moment où le soutien des Américains à l'engagement des Etats-Unis en Afghanistan est au plus bas et que juillet a été le mois le plus meurtrier du conflit pour les soldats américains (66 tués).

Le site indépendant icasualties.org a également annoncé dimanche que le nombre de soldats étrangers tués en Afghanistan depuis le début de l'invasion américaine avait franchi la barre symbolique des 2.000.

Selon un sondage de l'institut Gallup et du quotidien USA Today publié début août, 62% des Américains estiment que la situation en Afghanistan est "assez" ou "très mauvaise", contre 34% d'un avis contraire.

Le général Petraeus a reconnu dimanche que les progrès accomplis en Afghanistan étaient lents, les décrivant comme une série de "hauts et de bas" dans les efforts pour conquérir les territoires contrôlés par les talibans, créant de "petites poches de progrès" qui, a-t-il espéré vont s'étendre.

Il a par ailleurs précisé dans une interview au Washington Post diffusée dimanche que 365 chefs de l'insurrection et 2.400 combattants avaient été tués ou capturés ces trois derniers mois conduisant "des chefs de certains éléments" insurgés à entamer des discussions de réconciliation avec le gouvernement Afghan."

Le général a aussi présenté l'engagement américain et international comme indispensable pour contrer Al-Qaïda et les extrémistes, laissant le temps au gouvernement du président Hamid Karzaï de renforcer son autorité.

Le haut gradé américain, qui a pris le commandement de la coalition en Afghanistan le 4 juillet, en remplacement du général Stanley McChrystal, écarté après ses critiques contre l'administration américaine, a affirmé entretenir de bonnes relations avec M. Karzaï avec lequel il a dit parler en moyenne "une fois par jour".

Le général Petraeus a aussi fustigé la publication annoncée par Wikileaks de nouveaux documents militaires confidentiels sur le conflit afghan qu'il a jugé "extrêmement malencontreuse".

Enfin, il a indiqué que le chef du réseau Al-Qaïda Oussama ben Laden était probablement caché dans "une région montagneuse très isolée" de l'Afghanistan ou du Pakistan, soulignant que sa capture était toujours souhaitée.

Première publication : 16/08/2010

  • AFGHANISTAN

    Découverte d'un gisement pétrolier dans le nord de l'Afghanistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Un drone américain tue au moins 13 insurgés à la frontière afghane

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Wikileaks publiera de nouveaux documents sur l'Afghanistan d'ici quelques semaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)