Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Asie - pacifique

Petraeus et Gates en désaccord sur le retrait des troupes américaines

Vidéo par Nay NAAYEM

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2010

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a réaffirmé, lundi, que le retrait des troupes américaines d'Afghanistan aurait bien lieu en 2011. Il contredit ainsi le général Petraeus qui avait déclaré que cette date n'était en rien définitive.

AFP - Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a fermement répété que la date de juillet 2011 pour un début de retrait des troupes d'Afghanistan était fixée dans le marbre, contredisant ainsi le commandant des forces américaines et internationales David Petraeus.

"Il n'y aucun doute, dans l'esprit de quiconque, que le retrait des troupes commencera bien en juillet 2011", a assuré Robert Gates dans un entretien publié lundi par le Los Angeles Times.

"C'est une forme de désaveux pour Barack Obama"

Cependant, sur la chaîne de télévision NBC, le général Petraeus avait déclaré dimanche ne pas considérer la date de juillet 2011 comme contraignante et se réserver le droit de dire au président Barack Obama, le cas échéant, qu'un retrait d'Afghanistan à partir de juillet 2011 serait prématuré.

Interrogé pour savoir s'il pourrait juger que le processus de retrait ne peut pas débuter à cette date, David Petraeus a dit: "certainement, oui".

Observant qu'il "ne considérait pas (cette date comme) contraignante", le général a ajouté que, lors de ses entretiens début juillet avec le président Obama, celui-ci lui avait "clairement indiqué que ce qu'il attend de moi, ce sont mes meilleurs conseils militaires".

"Nous avons eu une bonne discussion sur cela et je pense que le président a été très clair en expliquant qu'il s'agissait d'un processus, pas d'un événement, et que cela dépendra des conditions" sur le terrain, a poursuivi le haut gradé.

Robert Gates, lui, s'est montré flexible sur de possibles transferts de compétences aux forces afghanes, qui pourraient commencer dès le printemps prochain.

"Avec des forces afghanes supplémentaires, nous pouvons nous placer sur le chemin de la transition dans plus d'endroits dans le pays" où la situation est moins violente, ce qui libérerait les forces de l'Otan pour des opérations ailleurs, a-t-il indiqué.

Barack Obama a été vivement critiqué par les républicains pour avoir fixé une date au début de retrait américain qui, selon eux, ne peut que conforter l'ennemi.

Prenant la défense de M. Obama, le général Petraeus a expliqué que le président avait avancé cette date pour donner "un sens d'une urgence accrue" en Afghanistan.

Le président avait annoncé sa nouvelle stratégie afghane fin 2009, avec l'envoi de 30.000 troupes américaines supplémentaires pour porter leur total à près de 100.000, afin de tenter de briser l'élan des insurgés talibans. Il avait alors avancé la date de juillet 2011 pour le début du retrait.

Les remarques du général Petraeus interviennent au moment où le soutien des Américains à l'engagement des Etats-Unis en Afghanistan est au plus bas et que juillet a été le mois le plus meurtrier du conflit pour les soldats américains (66 tués).

Le site indépendant icasualties.org a également annoncé dimanche que le nombre de soldats étrangers tués en Afghanistan depuis le début de l'invasion américaine avait franchi la barre symbolique des 2.000.

Selon un sondage de l'institut Gallup et du quotidien USA Today publié début août, 62% des Américains estiment que la situation en Afghanistan est "assez" ou "très mauvaise", contre 34% d'un avis contraire.

David Petraeus a reconnu que les progrès étaient lents, les décrivant comme une série de "hauts et de bas" dans les efforts pour conquérir les territoires contrôlés par les talibans, créant de "petites poches" d'avancées qui, a-t-il espéré, vont s'étendre.

Il a précisé dans une autre interview que 365 commandants de l'insurrection et 2.400 combattants avaient été tués ou capturés ces trois derniers mois conduisant "des chefs de certains éléments" insurgés à entamer des discussions de réconciliation avec le gouvernement afghan.

Première publication : 16/08/2010

  • AFGHANISTAN

    Découverte d'un gisement pétrolier dans le nord de l'Afghanistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Un drone américain tue au moins 13 insurgés à la frontière afghane

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Wikileaks publiera de nouveaux documents sur l'Afghanistan d'ici quelques semaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)