Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La photo du corps d'Aylan Kurdi, image "choc" de la crise des réfugiés syriens

En savoir plus

POLITIQUE

"En France, on censure les émotions dans la presse"

En savoir plus

POLITIQUE

"Les Français ne veulent pas du match retour Sarkozy-Hollande"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Hubert Védrine : "L'Europe doit élaborer une politique à la hauteur du drame des migrants"

En savoir plus

FOCUS

Guatemala : scandale de corruption en toile de fond de la présidentielle

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Enseignement : le retour de la morale à l'école

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rencontre avec le quator gallois Stereophonics

En savoir plus

Moyen-orient

Téhéran construira un nouveau site d'enrichissement d'uranium en 2011

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2010

L'Iran construira un nouveau site d'enrichissement d'uranium au premier semestre de 2011, fait savoir un haut responsable de la filière nucléaire iranienne ce lundi. Une décision qui va à l'encontre des recommandations faites par l'ONU à Téhéran.

AFP - L'Iran va entamer la construction d'un troisième site d'enrichissement d'uranium au premier semestre 2011, a annoncé lundi un haut responsable, en dépit d'une résolution de l'ONU sanctionnant cette activité.

"Nous avons terminé la localisation des dix futurs sites d'enrichissement, et la construction d'un de ces sites commencera avant la fin de l'année (iranienne, le 20 mars 2011) ou au début de la prochaine année", a dit le chef du programme nucléaire iranien Ali Akbar Salehi, cité par la télévision d'Etat.

Ce sera le troisième site d'enrichissement iranien après celui de Natanz (centre), et celui de Fordoo, au sud de Téhéran, actuellement en construction.

L'enrichissement d'uranium est l'aspect le plus controversé du programme nucléaire iranien controversé et le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 9 juin une nouvelle résolution assortie de sanctions économiques demandant spécifiquement à Téhéran de suspendre cette activité.

Une partie de la communauté internationale redoute que l'Iran, en dépit de ses dénégations répétées, ne cherche à se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil.

L'Iran a rejeté cette résolution comme les précédentes et affirmé que les sanctions, renforcées ensuite par les Etats-Unis et l'Union européenne, ne l'empêcheraient pas de poursuivre son programme nucléaire.

En mai, M. Salehi, chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), avait indiqué que son pays "étudiait différents endroits" pour un nouveau site.

Selon les autorités, le nouveau site devrait avoir la même capacité que celui de Natanz. La seule usine d'enrichissement d'uranium actuellement en activité peut accueillir jusqu'à 50.000 centrifugeuses mais n'en abrite pour l'instant que 8.582, selon le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) en mai.

Natanz a déjà produit près de 2.500 kilos d'uranium enrichi à 3,5%, à raison d'une centaine de kilos par mois, selon ce rapport.

Téhéran a également commencé, toujours à Natanz, d'enrichir de l'uranium à 20% en février, officiellement pour fabriquer du combustible nécessaire pour son réacteur de recherche médicale à Téhéran. Début juillet, l'Iran avait annoncé avoir déjà produit quelque 20 kilos de cet uranium hautement enrichi qui inquiète particulièrement les Occidentaux.

Cette décision a été prise après l'échec en 2009 des négociations entre l'Iran et les pays du groupe de Vienne (Etats-Unis, Russie, France) pour la fourniture par les grandes puissances de combustible enrichi à 20% en échange de 70% du stock d'uranium iranien faiblement enrichi.

L'Iran et les pays du groupe de Vienne se sont déclarés prêts à reprendre les négociations sur un éventuel échange du combustible sous l'égide de l'AIEA. "Nous attendons toujours une réponse écrite et officielle" des grandes puissances, a précisé lundi M. Salehi.

M. Salehi et d'autres dirigeants iraniens ont affirmé que Téhéran pourrait suspendre sa production d'uranium enrichi à 20% s'il obtenait le combustible qu'il réclame.

Première publication : 16/08/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'UE adopte de lourdes sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    La Russie procédera au lancement de la première centrale iranienne le 21 août

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)