Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Asie - pacifique

Sud-Coréens et Américains entament une nouvelle série de manœuvres militaires

Vidéo par David THOMSON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2010

Malgré les menaces de la Corée du Nord, 86 000 soldats sud-coréens et américains ont entrepris une nouvelle démonstration de force dans la péninsule coréenne. Un exercice que Pyongyang soupçonne d'être le prélude à "une invasion militaire".

AFP - La Corée du Sud et les Etats-Unis ont lancé lundi une nouvelle série de manoeuvres militaires conjointes impliquant 56.000 soldats sud-coréens et 30.000 américains, en dépit des menaces de représailles de la Corée du Nord, a annoncé à l'AFP le ministère sud-coréen de la Défense.

L'exercice, prévu pour durer dix jours, fait partie d'une série de manoeuvres menées par la Corée du Sud - seule ou conjointement avec les Etats-Unis - depuis le naufrage il y a près de cinq mois d'un de ses navires, attribué à une torpille nord-coréenne par une commission d'enquête internationale.

Selon le président sud-coréen Lee Myung-Bak, il s'agit d'un "exercice pour la paix et la dissuasion".

Le naufrage de la corvette Cheonan, le 26 mars, dans une zone maritime frontalière, dans lequel 46 marins sud-coréens ont péri, a considérablement accru les tensions entre les deux Corées alors que le régime communiste du Nord a claqué la porte depuis plus d'un an des discussions entre six pays visant à le convaincre de renoncer à ses ambitions nucléaires.

Les tensions ont également été attisées par la saisie la semaine dernière d'un bateau de pêche sud-coréen par le Nord.

Les manoeuvres militaires conjointes qui ont débuté lundi ont été baptisées "Ulchi Freedom Guardian" du nom d'un ancien général coréen célèbre. Selon des responsables militaires, elles visent à contrer des simulacres d'attaques nord-coréennes utilisant des armes nucléaires, des missiles et des sous-marins.

Pyongyang a vivement réagi aux manoeuvres. Lundi, le quotidien du parti au pouvoir, Rodong Sinmun, a dit que la Corée du Nord était "prête avec son arsenal à balayer tous les ennemis" qui sont "voués à être brûlés jusqu'à la mort".

Dès dimanche, la Corée du Nord avait promis d'infliger "la plus sévère punition jamais infligée à quiconque dans le monde" aux Etats-Unis et à la Corée du Sud, promettant que son armée et son peuple leur porteraient "un coup sans pitié" pour répondre aux manoeuvres.

Le régime de Pyongyang, qui a catégoriquement démenti être impliqué dans le naufrage du Cheonan, a qualifié les manoeuvres conjointes de répétition générale en vue d'une "invasion militaire" à grande échelle.

Dans un message publié sur un site militaire américain, le général Walter Sharp, commandant en chef des 28.500 soldats américains stationnés en Corée du Sud, a dit que ces manoeuvres étaient "l'un des plus grands exercices communs jamais effectués dans le monde".

Dimanche, lors d'un discours à l'occasion de l'anniversaire de la fin de l'occupation japonaise de la Corée en 1945, le président Lee a assuré que son pays ne tolérerait plus de provocations militaires venues du Nord.

"Le Nord ne doit jamais s'aventurer à une autre provocation et nous ne la tolèrerons pas s'ils (les Nord-Coréens) recommencent", a-t-il déclaré.

Pyongyang a jusqu'ici ignoré les appels de Séoul à libérer le bateau de pêche sud-coréen saisi la semaine dernière avec ses sept membres d'équipage, dont trois Chinois.

"Nous demandons à nouveau au Nord d'entreprendre des actions responsables en rendant le bateau et l'équipage dès que possible", a dit lundi Chun Hae-Sung, porte-parole du ministère de la Réunification.

En juillet, les armées sud-coréenne et américaine ont déjà mené des manoeuvres conjointes, dont des exercices de lutte anti-sous-marine visant à mettre en garde la Corée du Nord après le torpillage du Cheonan.

Ces exercices ont mobilisé une vingtaine de bâtiments, dont le porte-avions George Washington, 200 avions et 8.000 hommes.
 

Première publication : 16/08/2010

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    La Corée du Nord procède à une centaine de tirs d'artillerie en mer Jaune

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Un bateau de pêche sud-coréen arraisonné par la Corée du Nord

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Début des manœuvres militaires sud-coréennes en mer Jaune

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)