Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Valls expose sa politique basée sur "des valeurs chères à la gauche"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

Amériques

Robert Gates, le secrétaire d'État à la Défense, quittera le Pentagone en 2011

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2010

Le républicain Robert Gates a confirmé qu'il quitterait ses fonctions de secrétaire d'État américain à la Défense une fois que le retrait des troupes américaines d'Afghanistan, prévu pour le courant de 2011, sera amorcé.

AFP - Le secrétaire américain à la Défense, le républicain Robert Gates, a confirmé lundi qu'il quitterait l'an prochain le gouvernement, une fois qu'il aura l'assurance que le début de retrait des troupes d'Afghanistan est sur les rails.

"Je pense que dans le courant de l'année prochaine, je serai en position (...) de savoir si notre stratégie fonctionne en Afghanistan", a déclaré le ministre dans un entretien accordé au magazine américain Foreign Policy.

"La stratégie d'envoi de renforts aura été achevée. Nous en aurons fait l'évaluation en décembre (2010). Et il me semble que dans le courant de 2011 il y aura logiquement un moment pour passer la main", a ajouté M. Gates.

M. Gates avait été nommé à son poste en 2006 par l'ancien président George W. Bush, en remplacement du controversé Donald Rumsfeld, et maintenu dans ses fonctions par Barack Obama, à qui il a apporté une caution républicaine dans sa stratégie guerrière en Afghanistan.

Au moment de sa nomination dans l'administration Obama, des responsables avaient laissé entendre qu'il pourrait être ministre seulement pendant une courte période afin de favoriser une transition harmonieuse en temps de guerre.

Puis le porte-parole de M. Gates avait annoncé début 2010 que ce dernier resterait en poste au moins jusqu'à la fin de l'année.

Dans l'entretien publié lundi, le ministre a expliqué qu'il ne souhaitait pas attendre jusqu'en janvier 2012 pour quitter ses fonctions car il serait plus difficile de trouver "un bon candidat" de remplacement au début d'une année électorale.

"Ce n'est pas le genre de poste pour lequel on peut aisément recruter avant une présidentielle. Donc je pense que 2011 sera le bon moment (pour partir)", a ajouté M. Gates.

La déclaration de M. Gates survient alors qu'une contradiction a semblé apparaître dimanche entre lui et le commandant des forces américaines et internationales en Afghanistan, David Petraeus. Le ministre a fermement répété que la date de juillet 2011 pour un début de retrait des troupes était gravée dans le marbre, alors que le général Petraeus a déclaré qu'il ne considérait pas cette date comme "contraignante".

Le président avait annoncé sa nouvelle stratégie afghane fin 2009, avec l'envoi de 30.000 soldats américains supplémentaires pour porter leur total à près de 100.000, afin de tenter de briser l'élan des talibans. Il avait alors avancé la date de juillet 2011 pour le début du retrait.

M. Obama avait alors été vivement critiqué par les républicains pour avoir fixé une date au début de retrait qui, selon eux, ne peut que conforter l'ennemi.

L'annonce du départ de M. Gates survient au moment où le soutien des Américains à l'engagement des Etats-Unis en Afghanistan est au plus bas et que juillet a été le mois le plus meurtrier du conflit pour les soldats américains (66 tués).

Première publication : 16/08/2010

  • AFGHANISTAN

    Petraeus et Gates en désaccord sur le retrait des troupes américaines

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Robert Gates en Corée du Sud pour réaffirmer le soutien de Washington à Séoul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN - PAKISTAN

    Gates s'excuse des "graves erreurs" de Washington au Pakistan et en Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)