Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

EUROPE

Moscou à nouveau envahie par l'épaisse fumée issue des incendies

Vidéo par Sylvain ROUSSEAU , Christopher MOORE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2010

Bien que les autorités russes aient réussi à circonscrire les feux de forêts qui menaçaient le centre nucléaire de Sarov, Moscou se trouve à nouveau plongée dans la fumée, ce lundi. Près de 500 incendies sont toujours actifs dans le pays.

AFP - Les autorités russes ont annoncé dimanche avoir réussi à réduire le nombre d'incendies dans les régions à proximité du centre nucléaire de Sarov, à 500 km à l'est de Moscou, la capitale, où des fumées ont fait à nouveau leur apparition.

Les responsables russes, qui luttent contre plusieurs centaines d'incendies provoqués par une canicule sans précédent en Russie, avaient déjà assuré samedi que la situation autour de Sarov avait "cessé d'être critique" et ne présentait pas de risque de catastrophe atomique.

Dimanche, le ministère des Situations d'urgence a indiqué que le nombre d'incendies dans les régions de Nijni Novgorod et de Mordovie -- les deux régions limitrophes où se trouve le centre de recherche nucléaire de Sarov -- avait diminué.

"Malgré les températures toujours élevées, l'homme commence à l'emporter sur les feux de forêt. On assiste à une tendance réelle vers une réduction du nombre d'incendies dans la région pour la première fois depuis ces derniers jours", ont assuré dans un communiqué les services du ministère des Situations d'urgence de la Volga.

Les incendies dans la région de Nijni Novgorod ont régressé de façon significative au cours des derniers jours, permettant aux services d'urgence de se concentrer sur les feux dans le parc naturel de la république de Mordovie, une réserve voisine de Sarov, a affirmé à l'AFP Mikhaïl Tourkov, un porte-parole du ministère.

Dans les villages de Popovka et de Pushta situés dans le parc naturel, plus de 1.200 personnes et quelque 150 engins étaient toujours mobilisés pour lutter contre deux puissants incendies.

A Popovka, l'incendie touchait encore 1.000 hectares mais ne s'étendait plus et le foyer le plus actif ne concernait plus que 30 hectares. L'incendie à proximité du village de Pouchta affectait toujours 200 hectares mais était circonscrit, selon le ministère.

Le chef de l'agence nucléaire russe Rosatom, Sergueï Kirienko, a indiqué samedi qu'il avait inspecté la zone autour de Sarov, entourée de forêts. "Il n'y a pas de risque nucléaire, pas de menace radioactive et il n'y même pas de menace écologique d'envergure sur le territoire de Sarov", a-t-il déclaré.

"Nous avons repoussé une attaque du côté ouest il y a deux semaines, maintenant le feu arrive par l'est (...) Néanmoins, la situation du côté oriental a cessé d'être critique", a-t-il affirmé.

Le patron de Rosatom souligne que le centre ne sera hors de danger qu'après de "longues pluies" et reconnu que les matériaux radioactifs et explosifs avaient été évacués par deux fois du centre.

Dans le pays, 498 incendies étaient toujours actifs affectant 53.500 hectares, contre 56.000 hectares la veille.

Autour de Moscou, les incendies ont été réduits de 25 hectares au cours des derniers jours et sept feux de tourbières brûlaient toujours, mais sur une surface limitée de 8 hectares, a indiqué à l'AFP Elena Chernova, une porte-parole du ministère des Situations d'urgence à Moscou.

Mais les fumées ont fait leur réapparition dans la capitale russe, portées par des vents depuis les régions voisines de Riazan et de Vladimir, dans le centre de la Russie, où trois importants feux de tourbières faisaient rage.

Alexeï Popikov, un porte-parole de l'observatoire de la qualité de l'air à Moscou, Mosecomonitoring, a déclaré à l'AFP que le taux de monoxyde de carbone dans l'air était 1,3 fois supérieur aux niveaux acceptables pour la santé publique.

Selon lui, des vents contraires devraient néanmoins repousser les fumées hors de Moscou plus tard dans la journée.

La semaine dernière, les Moscovites avaient suffoqué pendant plusieurs jours sous des fumées âcres dues aux incendies qui avaient pénétré dans les immeubles, les bureaux, les magasins et jusque dans le métro.

Première publication : 16/08/2010

  • RUSSIE

    Entrée en vigueur de l'embargo sur les exportations de céréales

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Des avions d'aide américaine contre les incendies atterrissent près de Moscou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)