Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Amériques

Le Pentagone dément vouloir négocier avec la direction du site WikiLeaks

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2010

Contrairement aux dires de WikiLeaks, le Pentagone a affirmé n'avoir établi aucun contact direct avec Julian Assange (photo), fondateur du célèbre site d'informations, qui s'apprêteraient à publier 15 000 nouveaux documents militaires confidentiels.


AFP - Le Pentagone a réfuté mercredi les affirmations de WikiLeaks qui a assuré avoir reçu l'aval de l'armée américaine pour discuter d'une aide pour retirer certaines informations de documents confidentiels sur la guerre en Afghanistan sur le point d'être publiés.

"Nous n'avons eu aucun contact direct avec Wikileaks", a affirmé Bryan Whitman, un porte-parole du Pentagone à la presse mercredi, quelques heures après qu'un responsable islandais du site eut affirmé le contraire.

L'armée américaine "a exprimé son intention d'ouvrir un dialogue là-dessus, ils ont dit qu'ils étaient prêts à ouvrir une discussion", avait ainsi déclaré Kristinn Hrafnsson à l'AFP.

Selon ce proche collaborateur du fondateur du site Julian Assange, cette notification a eu lieu "cette semaine".

"Wikileaks n'a clairement pas l'intention de mettre quiconque en danger direct", a encore expliqué M. Hrafnsson.

Mais, à en croire le Pentagone, aucune collaboration n'est en vue.

"Nous ne sommes pas intéressés par des négociations en vue de parvenir à une version aseptisée des documents classés" que le site souhaite diffuser, a dit Bryan Whitman mercredi, tout en exhortant WikiLeaks à "rendre (les documents) immédiatement, à les retirer d'internet et à ne plus publier aucun document".

"La publication non-autorisée (de documents classifiés) met en danger la vie des soldats de la coalition ainsi que celle des Afghans", a-t-il averti.

Car après son coup d'éclat du mois de juillet, WikiLeaks compte, selon M. Assange, publier près de 15.000 nouveaux documents militaires classifiés dans les prochaines semaines.

Et pour écarter des informations pouvant nuire "à des parties innocentes faisant face à une menace significative", selon les termes employés par Julian Assange, Wikileaks a sollicité -jusqu'à présent sans succès- une aide du Pentagone pour l'aider à analyser ces nouveaux documents.

Si le site joignait le geste à la parole, il aurait alors diffusé un total de 92.000 documents militaires confidentiels, en ajoutant à ces 15.000 documents les 77.000 premiers qu'il avait publiés en juillet.

Cette première diffusion de plusieurs dizaines de milliers de documents confidentiels qui éclairaient le conflit afghan d'une lumière crue avait provoqué la colère du Pentagone et une tempête médiatique.
 

Première publication : 18/08/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Wikileaks publiera de nouveaux documents sur l'Afghanistan d'ici quelques semaines

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le site WikiLeaks publie des milliers de documents explosifs sur le conflit afghan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)